Benoît XVI défend sa décision de démissionner

08 Octobre, 2018
Provenance: fsspx.news

Le 20 septembre 2018, le quotidien allemand Bild a publié un courrier datant de 2017, dans lequel le pape émérite réagit vivement aux propos du cardinal Brandmüller critiquant la renonciation de Joseph Ratzinger à la charge de successeur de Pierre et le fait qu’il ait créé la nouveauté de “pape émérite”. 

Selon Bild, qui ne divulgue pas le nom du cardinal concerné, ce dernier affirmait que la renonciation de 2013 avait mis le feu aux poudres, causant la crise majeure que l’Eglise est en train de traverser.  

Le pape émérite lui a répondu en défendant sa décision de démissionner : « Je peux bien comprendre la profondeur de la douleur que vous et beaucoup d’autres avez ressentie lors de la fin de mon pontificat », reconnaît Benoît XVI, mais « la douleur chez certains - et chez vous aussi, me semble-t-il - est devenue une colère qui ne concerne plus seulement la renonciation, mais s’étend toujours plus sur ma personne et sur mon pontificat dans son ensemble », déplore-t-il. 

Quant à la nouveauté que constitue la figure de “pape émérite” au regard de l’histoire de l’Eglise, Benoît XVI répond que redevenir cardinal n’aurait pas eu de sens : « J'aurais alors été constamment exposé au public comme l'est un cardinal - et même encore plus, parce que dans ce cardinal on aurait vu l'ex-pape. Cela aurait pu entraîner, intentionnellement ou non, des conséquences difficiles, en particulier dans le contexte de la situation actuelle. Avec le Pape émérite, j'ai essayé de créer une situation dans laquelle je suis absolument inaccessible aux médias et dans laquelle il est très clair qu'il n'y a qu'un seul Pape ». 

Et de conclure : « Si vous connaissez une meilleure façon de faire – et si vous croyez pouvoir condamner celle que j’ai choisie –, je vous prie de me la dire ». 

Le 21 septembre, le vaticaniste de La Stampa, Andrea Tornielli, révèle que le correspondant de Benoît XVI est le cardinal Walter Brandmüller, un des quatre auteurs des Dubia sur Amoris lætitia, et qu’il s’est excusé auprès du pape émérite qui lui a adressé une seconde lettre où il parle de « la tristesse sur la situation de l'Eglise aujourd'hui », ce que d’aucuns ont pris pour une critique du pontificat actuel. 

Andrea Tornielli – porte-parole officieux de la Maison Sainte-Marthe mais aussi journaliste versé dans l’art de créer des oppositions –, voit dans la publication de cette correspondance, un an après, une « instrumentalisation » de Benoît XVI contre François. Il affirme : « Au centre se trouve le réseau des médias ecclésiastiques, avec des franges au Vatican, protagoniste des attaques quotidiennes contre le pape François. » – Rien de moins. Il s’agirait alors d’un aperçu de l’atmosphère de méfiance généralisée qui pèse actuellement au Vatican...