Chine : l’étau se resserre sur les catholiques

15 Mai, 2018
Par fsspx.news
news-header-image

Après l’interdiction faite aux parents d’emmener leurs enfants mineurs à la messe, et la fermeture des crèches tenues par l’Eglise catholique, les démolitions d’églises ne sont plus rares dans plusieurs diocèses de la province du Henan, berceau du christianisme en Chine.

Le Henan compte environ 300 000 catholiques : par son importance, c’est la deuxième communauté catholique dans le pays.

Les agences d’informations Ucanews et Asianews, relayées par Eglises d’Asie dans son édition numérique du 3 mai 2018, témoignent d’un temps pascal catastrophique pour la liberté de la religion catholique dans le pays.

Le 17 avril 2018, l’église et le presbytère de Hutuo (diocèse de Luoyang) ont été démolis et les prêtres ont été chassés. Des exactions semblables ont été perpétrées dans le diocèse voisin de Zhengzhou.

De plus, la pierre tombale d’un évêque de l’Eglise "souterraine" a été détruite, et des propriétés ecclésiastiques ont été saisies.

De même on apprend qu’au matin du 24 avril, les autorités chinoises ont envoyé deux officiels du Parti communiste fermer l’église de Gadazhang, dans le diocèse de Zhumadian.

Fidèle à la tactique de la volte-face, le régime de Pékin, après avoir agité le chiffon d’une possible normalisation des relations avec le Saint-Siège, entame désormais une partie de bras de fer avec l’Eglise catholique. - Ce qui ne surprendra pas le cardinal Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong, lucide opposant à cette "normalisation".