France : un officier de gendarmerie tombe en héros

26 Mars, 2018
Provenance: fsspx.news

Ce qui devait être un énième acte de terrorisme aveugle destiné à répandre la crainte sur le territoire français a permis de faire émerger la figure héroïque d’un officier de gendarmerie loué par ses supérieurs pour son exemplarité, converti au catholicisme et ouvertement fier des racines chrétiennes de la France.

A 44 ans, la vie du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a basculé le vendredi de la Passion, 23 mars 2018. Dépêché sur les lieux d’une prise d’otages qui se déroulait dans un supermarché de Trèbes, près de Carcassonne (Aude), le militaire a échangé sa place contre celle d’une femme prisonnière d'un djihadiste franco-marocain. Cette mère d'une petite fille, caissière dans le supermarché, a affirmé que le gendarme avait donné sa vie pour elle, qu'il était mort afin qu'elle vive.

Tombé sous les coups de couteau d'un musulman fanatique

Laissant son téléphone ouvert afin de permettre aux autorités de déclencher l’assaut au moment opportun, le militaire a été blessé par balles par le terroriste, Radouane Lakdim, qui lui a également porté plusieurs coups de couteau à la gorge. Emporté d'urgence à l'hôpital de Carcassonne, il a succombé à ses blessures la nuit suivante. D'après le rapport d'autopsie, ce sont les lésions mortelles portées par le couteau de l'égorgeur qui lui ont été fatales.

Le terroriste a également abattu trois autres personnes : Jean Mazières, le passager d'une voiture, Hervé Sosna, un client, et Christian Medves, le chef boucher du supermarché. Seize autres personnes ont été blessées par le malfrat fanatisé.

Ces crimes interviennent après l'attaque au couteau de la gare Saint-Charles à Marseille, qui vit un clandestin originaire de Tunisie égorger et éventrer sauvagement deux jeunes femmes, le 1er octobre 2017. Commis au nom du coran et de l'Etat islamique, ce nouvel attentat a lieu aussi un an et demi après la mort du Père Jacques Hamel, sauvagement agressé de dix-huit coups de couteaux portés par Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet 2016.

La figure d'un officier français

Au fil des heures, le portrait du lieutenant-colonel, dont la figure aux traits droits et aux yeux clairs a été diffusée, s’est peu à peu précisé. Officier brillant, « esprit résolument offensif face à l’adversité », ainsi que le note un rapport de l’EMIA (Ecole militaire interarmes) dont il était sorti major de promotion, l’homme était chevalier de l'Ordre national du Mérite et attaché à son pays. Sa mère a déclaré que sa raison de vivre était de défendre la patrie.

Mais il fut surtout « un chrétien au plus profond de son être », a ajouté Mgr Antoine de Romanet, évêques aux armées. Pourtant, quoique baptisé dans une famille peu pratiquante, Arnaud Beltrame aurait adhéré à la franc-maçonnerie en 2008. D'après un communiqué du Grand Maître de la Grande Loge de France, il avait été initié à la loge Jérôme Bonaparte de Rueil-Nanterre il y a dix ans et venait régulièrement aux séances de la secte.

Cela ne cadre pas avec sa conversion au catholicisme et ressemble à une opération de récupération, relève Le Salon beige. D'ailleurs, le journal La Croix dans son édition du 25 mars 2018 écrit qu'Arnaud Beltrame « avait depuis quelques années pris ses distances avec la franc-maçonnerie, selon le témoignage d’un proche ».

En effet, il s’était converti à près de 33 ans, et avait fait sa première communion et reçu la confirmation après deux ans de catéchuménat, en 2010. En 2016, « au hasard d’une rencontre lors d’une visite de notre abbaye », a déclaré le Père Jean-Baptiste Golfier, chanoine de l’abbaye Sainte-Marie de Lagrasse, l’officier demandait au prêtre de le préparer au mariage religieux, qui devait être célébré dans la région de Vannes le 9 juin prochain.

A partir de cette rencontre avec les religieux, le militaire et celle qu’il devait épouser devinrent assidus aux offices - dans le rite latin traditionnel - et aux enseignements de l’abbaye. De plus, le Père Jean-Baptiste précise dans l’hebdomadaire Famille chrétienne qu’il a pu donner l’extrême-onction à l’officier ainsi que la bénédiction apostolique in articulo mortis, quelques heures avant son décès.

Le héros est mort muni des sacrements de la Sainte Eglise

Le djihadisme a, le 23 mars 2018, subi une cuisante défaite dans notre pays : loin de répandre la terreur, la sanglante prise d’otages de Trèbes a, contre toute attente, redonné leur fierté aux Français qui peuvent désormais voir à travers l’acte héroïque d’Arnaud Beltrame la figure d’un homme revenu peu à peu à la foi catholique de ses ancêtres, et fier des racines chrétiennes de son pays : « seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice qui fait aujourd’hui l’admiration de tous », conclut le Père Jean-Baptiste.

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, a pour sa part déclaré que le lieutenant-colonel Arnauld Beltrame méritait « respect et admiration de la nation tout entière ». Un hommage national sera rendu mercredi 28 mars à l'hôtel des Invalides. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a fait savoir que « La France honore un grand héros ».