Google et Facebook influencent-ils le référendum irlandais sur l'avortement ?

24 Mai, 2018
Par fsspx.news
news-header-image
"Avortement, oui ou non ?"

Les plateformes mondiales Google et Facebook ont entrepris de réduire voire d’interdire les publications locales ou étrangères ayant trait au prochain référendum sur la légalisation de l’avortement qui doit se tenir le 25 mai 2018. Ce geste a été interprété comme une prise de position en faveur des avorteurs.

« Suite à notre politique globale visant à assurer l’intégrité des scrutins démocratiques, nous avons décidé de suspendre toutes les annonces liées au référendum irlandais sur le huitième amendement », a déclaré un porte-parole de Google à The Independent, le 9 mai 2018.

Cette « mise en quarantaine » durera jusqu'au 25 mai. Elle s’applique également à YouTube, la plus grande plateforme vidéo au monde, propriété de Google. La société affirme que cela n'empêchera pas l'affichage de contenu ayant trait au référendum dans les résultats de recherche.

La décision de Google fait suite à une annonce de Facebook qui avait déclaré la veille, le 8 mai 2018, « ne plus accepter les publications liées au référendum à venir si elles proviennent d'annonceurs basés en dehors de l’Irlande ».

De manière révélatrice, les partisans de l’avortement en Irlande ont salué la décision des deux géants de l’informatique, créant ainsi « un terrain de jeu égal entre toutes les parties », comme l’a expliqué Ailbhe Smith, co-directrice de la campagne Together for Yes.

A l’opposé, les pro-vie pensent que « l'intégrité électorale » constitue un faux prétexte pour donner aux partisans de l’avortement l’avantage. The Irish Catholic rapporte que la campagne Pro Life, Save the 8th, et l'Institut Iona ont publié une déclaration commune accusant Google d'une « tentative de truquage du référendum ».

Le cofondateur de la Fondation Radiance, Ryan Bomberger, a expliqué dans une tribune publiée par LifeSite, que les conservateurs avaient depuis plusieurs années tendance à s’appuyer sur les plateformes Internet – celles qui leur sont maintenant de plus en plus refusées – afin de lutter contre la prolifération des idées progressistes, promues par presque tous les médias dominants.

Si elle dit « non » au référendum proposant de légaliser l’avortement, l’Ile des saints aura fait triompher la vie sur la "culture de mort". Elle aura aussi gagné un formidable bras de fer contre les techniques de manipulation de l'opinion aux mains des idéologues progressistes. Réponse le 25 mai 2018.