Angleterre : la BBC remplace "avant et après Jésus-Christ" par "avant et après l'ère commune"

28 Octobre, 2011
Par
news-header-image
bbcLe quotidien anglais Telegraph du 25 septembre a annoncé la décision de la BBC de voir utiliser par ses présentateurs les termes religieusement neutres d´"avant et après l´ère commune", au lieu d’"avant et après Jésus-Christ", afin de ne pas heurter les auditeurs non-chrétiens. La décision a rencontré de vives réactions au sein même de la grande maison de la radio britannique. Le Telegraph du lendemain, 26 septembre, donne la parole à Boris Johnson, homme politique et journaliste, maire de Londres depuis 2008, qui présentait un documentaire télévisé sur l’Empire romain à la BBC. Dénonçant cette décision comme « non seulement puérile, absurde mais aussi profondément anti-démocratique », il déclare s’opposer à une telle attitude « politiquement correcte ». La décision prise par l’empereur Constantin en 330 d’adopter notre calendrier actuel est suivie depuis plus de 1500 ans par le monde entier, en toute logique, demande Boris Johnson, la BBC choisira-t-elle un nouveau calendrier ? Selon Andrew Marr, présentateur à la BBC, « je dis avant, après JC, parce que je comprends ces termes. En revanche, je ne sais pas ce que signifie ‘ère commune’. Pourquoi serions-nous dans l’ère commune en 20 après JC et pas en 20 avant JC ? » L´Osservatore Romano réagit également en une de son édition du 5 octobre 2011. C’est une hypocrisie historiquement insensée, écrit l´historienne italienne Lucetta Scaraffia, éditorialiste du quotidien du Vatican, « nier jusqu´aux dettes culturelles de la civilisation à l´égard du christianisme est tout ce qu'il y a de plus antihistorique ». « Il est désormais bien clair, ajoute-t-elle, que le respect des autres religions n´est qu´un prétexte, car ceux qui veulent effacer toute trace de christianisme dans la civilisation occidentale sont seulement quelques laïques occidentaux. » Proposée par des spécialistes de déontologie de la chaîne, cette décision provoqua de telles réactions parmi les présentateurs que la BBC finit par indiquer que rien n’avait été arrêté en la matière et qu’elle n’imposait pas ce changement, mais offrait cette option à son personnel. (Sources : apic/imedia/DailyTelegraph – DICI n° 243 du 28/10/11)