Cardinal Burke : « la Russie doit être consacrée explicitement au Cœur Immaculé »

25 Août, 2017
Provenance: fsspx.news

Le cardinal Burke a accordé, le 14 août 2017, un long entretien à l'hebdomadaire catholique The Wanderer.

Parmi les nombreux thèmes abordés, figure la question de la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie selon les demandes de Notre-Dame à Fatima.

Le cardinal Burke se montre tout autant soucieux de voir les demandes de la Vierge de Fatima accomplies dans le détail que de défendre l'acte posé par Jean-Paul II en 1984, lorsque le pape polonais réalisa la consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie en faisant implicitement référence à la Russie. Aussi développe-t-il la thèse suivante : la consécration de la Russie, quoique "validement " faite sur un mode implicite en 1984, nécessiterait « vu la gravité de l’heure présente » d’être « renouvelée de façon plus formelle et explicite » afin de répondre dans le détail aux demandes de Marie.

Le journaliste, Don Fier, commence par rappeler au cardinal que Sœur Lucie de Fatima avait certifié dans une lettre authentique du 29 août 1989 que la consécration du monde réalisée par Jean-Paul II le 25 mars 1984 avait rempli les demandes de la Vierge. Néanmoins lors du dernier colloque du Forum de la Vie tenu à Rome, le cardinal Burke avait pressé les fidèles de travailler afin de hâter la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. D’où la question du journaliste : « Que devrait apporter de plus cette consécration que vous appelez de vos vœux ? Une mention claire de la Russie de la part du pape ? »

Le cardinal répond sans ambages : « c’est tout à fait ça ; cela revient tout simplement à accomplir exactement ce que Notre-Dame a demandé. Il ne fait aucun doute que le pape Jean-Paul II était profondément conscient de la gravité de la situation et de la nécessité de consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Il voulait précisément le faire le 25 mars 1984. Pour ma part, je crois qu'il l'aurait fait explicitement si, à ce moment-là, on n'avait pas prétendu que, pour favoriser une relation plus amicale avec les pays du Bloc de l'Est, le nom de la Russie ne devait pas être mentionné en particulier.

« Je crois que l'intention du Saint-Père était de consacrer la Russie et il l’a fait. Cependant, je crois aussi que, compte tenu de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui, la consécration de la Russie doit être faite explicitement, exactement comme l'a demandé Notre-Dame - tout en ne niant en rien l'intention de Jean-Paul d'inclure la Russie lorsqu'il a consacré le monde à son Cœur Immaculé.

« Mon intention n'est pas de faire le procès de quiconque, mais plutôt de répondre à la gravité de l'heure actuelle qui nous presse d'accomplir scrupuleusement ce que Notre-Dame a demandé.

« Encore une fois, la consécration que j'ai demandée ne revient en aucun cas à remettre en cause ce qu'a rapporté Sœur Lucie sur le fait que Jean-Paul II a accompli les demandes de la Vierge. C'est juste le fait d’y répondre une nouvelle fois mais en consacrant la Russie nommément. A ce titre, il est du droit et du devoir des fidèles de demander au pape François de réaliser cette consécration.

« En réalité, je crois que pour la Russie, le fait d’être consacrée explicitement au Cœur Immaculé de Marie constituerait un signe de respect et d’affection spéciale de l’Eglise envers ce pays.

« Bien sûr, au moment des apparitions, notre Sainte Mère avait à l’esprit la propagation du communisme athée. L’apparition de Fatima est en lien direct avec la propagation d’un matérialisme et d’un relativisme que les gens n'appellent plus le « communisme athée » mais qui sont toujours aussi virulents dans notre société.

« Le fait que la Russie soit consacrée aujourd’hui manifesterait aussi le respect pour cette nation et cela pourrait avoir pour effet immédiat de détruire un mode de pensée sans Dieu. De cette façon, la Russie serait à nouveau fidèle à son noble passé, lorsqu'elle était l'une des nations les plus croyantes au monde, et lorsqu'on y trouvait une dévotion immense envers la Vierge Marie comme moyen tout particulier d’exprimer la foi en Dieu ».

À noter : Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, qui a témoigné devant les assistants de son émotion d’avoir pu assister, le 13 mai dernier, en la cathédrale Notre-Dame de Fatima d’Astana, à la consécration explicite de la Russie au Cœur immaculé de Marie par tous les évêques catholiques de la région, y compris de Russie.