Le jésuite et le penthotal

14 Août, 2018
Par fsspx.news
news-header-image

En Irlande, – trois ans après la légalisation du « mariage homosexuel » (22 mai 2015), trois mois après celle de l’avortement (25 mai) –, la Rencontre mondiale des familles que clôturera le pape François les 25 et 26 août 2018, ne s’apprête guère à susciter une réaction catholique, un sursaut de foi.

Lors de cette rencontre, sont invités à prendre la parole des ecclésiastiques « proches du pape », c’est-à-dire fidèles au principe du « qui suis-je pour juger ? », et ardents défenseurs d’Amoris lætitia. Parmi eux, se trouve le jésuite américain, James Martin, qui interviendra sur « l’accueil et le respect des LGBT et leurs familles dans les paroisses ». 

En fait, le P. Martin endormira les consciences, en disant aux Irlandais : « vous êtes dans le monde moderne, vous êtes de ce monde, et vous faites comme tout le monde en votant pour les unions homosexuelles et pour l’avortement. Bien sûr, Jésus a dit à ses disciples d’être dans le monde sans être du monde, et saint Jean a écrit : “le monde passe et sa concupiscence aussi”, et saint Paul a demandé : “ne vous conformez pas au siècle présent, mais transformez-vous par le renouvellement de l’esprit”... Bien sûr ! Mais c’était avant Vatican II ! Et moi je vous dis : “accueillez et respectez les LGBT, oubliez Sodome et Gomorrhe, et toutes les vieilleries antéconciliaires !” ».

Le P. Martin anesthésiera le sens moral, il ne ranimera pas la foi. On comprend dès lors pourquoi, en marge de cette Rencontre mondiale des familles, se tiendra à Dublin une Conférence des familles catholiques (22-23 août), afin de « promouvoir les enseignements constants de l’Eglise catholique sur le mariage et la vie familiale », en s’appuyant sur l’encyclique de Pie XI, Casti connubii. 

La Rencontre mondiale des familles sera surmédiatisée et bénéficiera de « l’effet JMJ ». La Conférence des familles catholiques sera ignorée ou ridiculisée par la presse. Mais les endormis, les engourdis et autres léthargiques ne seront pas du côté qu’on croit. 

Honneur à ceux qui préfèrent le réveil doctrinal au sommeil sous penthotal, soi-disant « pastoral » !

Abbé Alain Lorans