Liban : une gigantesque statue de saint Charbel installée au nord de Beyrouth

29 Août, 2017
Par fsspx.news
news-header-image
La statue de Saint Charbel, sur l'autoroute côtière à hauteur de Jounieh, le 20 août 2017.

Une statue monumentale représentant le saint patron du Liban, saint Charbel, a été installée, le 20 août 2017, à Faraya, sur les hauteurs du district de Kesrouan au nord du Liban.

Mesurant 27 mètres de hauteur et pesant 40 tonnes, la statue est l’œuvre de l’artiste libanais Naef Alwa. L’édifice sera également un reliquaire puisqu’un fragment d'os de l'ermite du couvent Saint-Maron de Annaya y sera inséré lors de consécration du monument. Cette cérémonie aura lieu en la Fête de l’Exaltation de la Croix, le 14 septembre prochain.

« L'espace entourant la statue peut recevoir près de 6.000 personnes et se prête ainsi à de grandes célébrations ou à des messes en plein air », précise Fady Noun, journaliste à L'Orient-Le Jour.

Le transfert de la statue a nécessité une logistique spéciale, du fait de ses dimensions colossales. Les autorités ont ainsi permis le passage d’un convoi spécial sur une voie rapide au nord-est de la capitale Beyrouth. A titre de comparaison, le Christ Rédempteur de Rio de Janeiro mesure 38 mètres (dont 8 mètres pour son piédestal).

D’après Fady Noun, le monument « répond à un souhait et à un vœu ». C’est le président de la municipalité de Faraya, Michel Salamé, qui en est à l’origine. Il s’agissait, au départ, de renforcer l’attractivité touristique de la région. Mais par la suite, explique le quotidien francophone libanais, « le hasard a voulu que son neveu, qui porte son nom, soit atteint en 2016 d'une méningite ». Et c’est, selon les parents du jeune Michel (13 ans), « par un concours de circonstances miraculeux où la médecine et l'intercession de saint Charbel ont toutes deux joué un rôle », que l'enfant, qui avait sombré dans le coma, s'est finalement rétabli. Ainsi, « la promesse faite par le président de la municipalité de Faraya s'est finalement conjuguée au vœu formulé par les parents du petit Michel, pour mettre en route le projet ».

Face aux critiques dénonçant un projet trop ostentatoire, Michel Salamé rejette tout procès d'intention et affirme simplement : « Nous n'avons pas honte d'afficher notre foi. Que celui que ça choque regarde ailleurs ! »

Comme le souligne le quotidien libanais, « la réputation de thaumaturge de saint Charbel n'est plus à faire » et « une statue, aussi gigantesque soit-elle, reste bien en deçà de la sainteté qui lui a valu la gloire des autels et une immense dévotion populaire ».

Saint Charbel est un prêtre et moine ermite maronite qui a vécu entre 1828 et 1898. Sa vie dans le monastère fut consacrée à la prière et au travail. Il mourut à l’âge 70 ans, le 24 décembre 1898. Après sa mort, son corps est resté longtemps intact dans son cercueil et de nombreux miracles sont attestés. Patron du Liban, saint Charbel a été béatifié le 5 décembre 1965 puis canonisé le 9 octobre 1977 par le pape Paul VI en la basilique Saint-Pierre, à Rome.

news-image-2
La statue de saint Charbel sur son socle.