Notre Dame de Fatima et les âmes du purgatoire

09 Novembre, 2019
Provenance: fsspx.news

Lors de la première apparition de Notre-Dame à Fatima, le 13 mai 1917, Lucie demande à la Très Sainte Vierge, si son amie Amelia morte recemment, est déjà au ciel. Notre Dame répond : « Elle sera au Purgatoire jusqu’à la fin du monde ».

Notre-Dame qui auparavant promettait que François, Jacinte et Lucie iraient au ciel, explique maintenant qu’« aller au ciel » n’est pas si facile. Le chemin vers la sainteté est un travail ardu qui exige une générosité héroïque. Si « aller au Ciel », si le salut de l’âme, la sainteté, le bonheur débordant dans la « Lumière, qui est Dieu Lui-même » sont certainement le but principal de l’apparition de Notre-Dame, il est également important de savoir que seuls les êtres totalement purs verront Dieu et que, aussi longtemps que l’homme sera infecté par le péché, il ne pourra s’unir à Dieu qui est pure lumière. 

Mais comme presque personne ne se trouve totalement pur au moment de la mort, presque personne ne pourrait aller au Ciel si la miséricorde de Dieu n’avait pas créé la possibilité de purification après la mort, le Purgatoire.

Ce lieu de purification est un feu spirituel qui amende les âmes dans de grandes souffrances. Notre-Dame utilise l’exemple de l’amie de Lucie, Amélie, pour montrer combien ces douleurs peuvent être intenses : « jusqu’à la fin du monde » ; ce qui, traduit dans notre langue, signifie : extrêmes souffrances. Si, selon les Pères de l’Eglise, une minute au Purgatoire équivaut à plus de cent ans des pires souffrances terrestres, on peut avoir une idée de ce que « jusqu’à la fin du monde » signifie.

Quelle leçon pour nous, qui sommes pleinement absorbés dans nos difficultés et peines terrestres, enfermés dans nos petites années sur terre, et le petit groupe de personnes qui nous entourent. La vie sur terre pourrait être comparée à une petite colline, d'où l'on peut regarder en bas dans une vallée pleine d'un immense feu dans lequel brûlent d'innombrables âmes. Parmi elles, nous pourrions reconnaître nos ancêtres, parents et amis. Et tous auraient les yeux fixés vers le Ciel et vers cette petite colline d’où ils pourraient obtenir un immense soulagement et souvent la délivrance complète de leurs douleurs, si seulement les vivants étaient moins centrés sur eux-mêmes, s’il leur restait un peu d’amour du prochain pour abréger leurs souffrances.

Notre Dame nous rappelle ce monde gigantesque du Purgatoire rempli d’âmes innombrables, d’abord pour nous inciter à les aider (parce qu’elles sont toutes les âmes de ses enfants bien-aimés), et, ensuite, pour nous rappeler que, après un court passage sur cette terre, cela pourrait être aussi notre place pendant très longtemps, si nous ne nous soucions pas d’aller au Ciel. La pensée du Purgatoire nous aide à nous détacher de notre petit monde dérisoire et à avoir un aperçu du « monde de l’au-delà », l’essentiel et le véritable, et à vivre ainsi dans la vérité.