Paul VI bientôt canonisé ?

23 Février, 2018
Provenance: fsspx.news

La réunion des cardinaux et évêques de la Congrégation pour la cause des saints a approuvé à l'unanimité, le 6 février 2018, la reconnaissance d'un « miracle » attribué à l'intercession de Giovanni Battista Montini.

Le miracle concerne la guérison « inexplicable du point de vue de la science » d'un enfant au cinquième mois qui, selon les médecins, n'avait pas de chance de vivre en raison d'une complication grave de la grossesse. La vie de la mère était également en danger. En langage médical, il s'agit de la guérison d'un fœtus prénatal souffrant d'une rupture prématurée des membranes à la treizième semaine, compliquée d'anhydramnios (perte du liquide amniotique).

Sur la suggestion d'un ami, le couple avait décidé de confier leur cas à l'intercession de Paul VI qui avait été « béatifié » le 19 octobre, en vertu d'un miracle déjà opéré sur un fœtus. Le 25 décembre 2014, alors que la situation s'est dégradée, Vanna Pironato est hospitalisée. Un peu plus de deux heures plus tard, elle donne naissance à la petite Amanda Maria Paola, qui contre toute attente voit le jour et se porte bien aujourd'hui.

Le cas a été étudié par la Congrégation pour la cause des saints. Le caractère « inexplicable » de la guérison a été déclaré l'année dernière par le Conseil médical du dicastère, puis analysé et approuvé par des théologiens. La dernière étape a été la réunion de la Congrégation pour la cause des saints, qui a pris note des conclusions des médecins, des experts et de celles des théologiens. Maintenant, le cardinal préfet, Angelo Amato, doit apporter le vote des cardinaux et des évêques au pape François. La décision finale appartient au Saint-Père.

Quoi qu'il en soit du caractère « scientifiquement inexplicable du point de vue des médecins » d'une naissance, dont FSSPX.Actualités ne fait ici que donner la nouvelle, ce récent développement permet de soulever une nouvelle fois la question de l'évolution des procédures de béatification et de canonisation, ainsi que l’abbé Jean-Michel Gleize l’a déjà souligné dans son étude Doutes sur la canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II.

D'autre part, Mgr Marcel Lefebvre qui fut frappé de suspense a divinis sous le pontificat de Paul VI, avait exposé aux séminaristes d’Ecône le jugement qu’il portait sur ce pape, au cours des conférences qu’il leur donnait sur les Actes du Magistère, et qui fournissent la matière de son ouvrage Ils l’ont découronné (Clovis, 3e éd., 2008). Le chapitre XXXI, « Paul VI pape libéral » permet de savoir exactement ce que le fondateur de la Fraternité Saint-Pie X aurait pu dire à l’annonce de cette prochaine « canonisation ». 

Devant l'histoire, le pontificat du pape Paul VI (1963-1978) restera celui du concile Vatican II et de son application, qui amenèrent la révolution dans l'Eglise. Parmi les principales réformes engagées, citons la nouvelle messe dont l'esprit et le rite se rapprochent dangereusement de la Cène protestante ; un faux œcuménisme qui ignore la véritable unité de l'Eglise ; l'aggiornamento général qui abolit les traditions vénérables des ordres et des congrégations en remettant en cause la vie sacerdotale et religieuse ; la crise durable de l'Eglise, avec l'effondrement de la foi et des vocations, de l'esprit catholique dans l'éducation, la morale et la pratique religieuse sous tous ses aspects, etc. Pape torturé, en proie au doute et inquiet, Paul VI prétendit au consistoire de 1976 interdire la messe de saint Pie V, et persécuta la réaction légitime de la Tradition, qui opposait vingt siècles de vie et d'enseignement de l'Eglise à la révolution conciliaire.

Lire : 

Yves Chiron, ​Paul VI, le pape écartelé