Vatican : des carnets qui livrent leurs secrets

29 Mai, 2018
Par fsspx.news
news-header-image
Bartolomeo Nogara.

La découverte des carnets de l’ancien directeur des Musées du Vatican, Bartolomeo Nogara, en poste des années 20 aux années 50, doit permettre de préciser le rôle du Saint-Siège durant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que l'entreprise de modernisation des musées entamée sous le pontificat de Benoît XV (1914-1922).

Pendant 34 ans, Bartolomeo Nogara a noirci les pages de ses carnets évoquant, pêle-mêle, le rôle des Musées durant la Seconde Guerre mondiale, leur modernisation qu’il se devait d’orchestrer sur ordre de Benoît XV, ou encore ses propres conversations impromptues avec Pie XI.

On trouve confirmé, entre autres, le rôle protecteur du Saint-Siège à l’égard de la communauté juive pendant la guerre. Bartolomeo Nogara raconte le destin hors du commun d'Hermine Speier, une archéologue allemande de Francfort, d'origine juive, qui fut pour ce motif licenciée en 1933. Elle trouva refuge au Vatican, devenant la première femme employée par les Musées du Saint-Siège.

Les carnets du directeur des Musées rappellent également que de nombreux membres de la résistance italienne ont été cachés, sous de faux noms, parmi les employés des Musées.

Nommé par Benoît XV, Bartolomeo Nogara a également traversé le pontificat de Pie XI (1922-1939). Il rapporte ainsi ses fréquents entretiens avec le Saint-Père, qui aimait se promener dans les couloirs et les salles du musée.

Les carnets dévoilent enfin la stratégie de modernisation des Musées du Vatican. Bartolomeo Nogara y décrit tous ses projets, affirmant s’inspirer des grandes galeries d’art londoniennes, parisiennes ou berlinoises d’alors.

A travers ces 41 carnets, c’est tout un aspect méconnu de l’histoire du Saint-Siège qui sera bientôt mis à la connaissance des chercheurs. L'Eglise s'y montre protectrice des arts et gardienne de la Civilisation.