Vers une politique plus claire des évêques accusés d’abus sur mineurs

01 Août, 2018
Provenance: fsspx.news
Cardinal Seán O’Malley.

Le 24 juillet 2018, le cardinal Seán O’Malley, archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs (CPPM), a plaidé pour la mise en œuvre d’une politique « solide et complète » permettant de répondre aux accusations d’abus portées à l’encontre d’un évêque. 

Le communiqué publié par l’archidiocèse de Boston intervient un mois après la mise en cause du cardinal Théodore McCarrick, archevêque émérite de Washington D.C. Le prélat a été depuis interdit de célébrer publiquement la messe par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, sur demande du Saint-Père lui-même.  

Le samedi 28 juillet, la Salle de presse du Saint-Siège a fait savoir dans un communiqué que le pape François avait accepté la démission du prélat du collège cardinalice.  

Pour le cardinal O’Malley, il est urgent de mettre en œuvre une procédure claire : ne pas le faire, prévient-il, « menacerait l’autorité morale déjà affaiblie de l’Eglise et peut détruire la confiance nécessaire » au ministère des prêtres. 

Instituée en 2014, la CPPM est un organisme consultatif au service du pape dont le but est de donner une réponse adéquate aux abus commis à l’encontre de personnes mineures.  

En février 2018, le pape François a reconduit la CPPM pour trois ans.