27 septembre : saints Côme et Damien, patrons des médecins

27 Septembre, 2022
Provenance: fsspx.news

Au moment où beaucoup de professionnels de la santé se sentent menacés dans leur métier en raison des projets d’extension de la PMA, et de restriction du droit à l’objection de conscience concernant l’IVG, les figures des médecins Côme et Damien, fêtés le 27 septembre dans l’Eglise universelle, viennent rappeler la noblesse d’une profession tout entière tournée vers le service du prochain, image du Christ souffrant. 

Venus d’Arabie pour exercer la médecine, convertis à la foi du Christ, Côme et Damien soignaient les pauvres, délivraient les énergumènes, et rendaient la joie aux mélancoliques. 

Le gouverneur Lysias, qu’ils avaient soigné, les condamna cependant à d’horribles tortures puis à être décapités, en haine de la foi chrétienne. 

Leur culte prit naissance à Cyr, ville de la Syrie septentrionale. Leur renommée se propagea rapidement, et l’on trouve des traces de leur culte en Cilicie, à Edesse, ou encore en Egypte. Le pape Symmaque (498-514) leur consacra un oratoire à Rome, et Fulgence un monastère en Sardaigne, en 520.

La vénération envers les deux martyrs orientaux était si répandue dans la Ville éternelle que, outre les deux messes stationnales - au milieu du Carême et le soir de l’octave de Pâques -, on y célébrait aussi au VIIe siècle une troisième et une quatrième stations, le 27 septembre et le dimanche précédent. - C'était une sorte de solennité extérieure, en faveur du peuple, lequel, aux jours ouvrables, n’aurait pas pu prendre part à la solennité de l’anniversaire des deux saints.

L’introït Sapientiam fut composé primitivement en l’honneur des deux savants orientaux, lorsque Félix IV leur dédia le sanctuaire du Forum de la Paix, où s’élève aujourd’hui encore la basilique qui porte leur nom. 

Patrons des médecins et des professionnels de la santé, Côme et Damien sont les principaux et les plus connus de ces saints vénérés en Orient comme “anargyroï”, anargyres ou “sans argent”. Ils pratiquaient en effet la médecine sans demander de rémunération.