Allemagne : les lobbies homosexuels marquent des points

26 Mai, 2020
Provenance: fsspx.news
Le palais du Reichstag à Berlin, siège du Bundestag.

En Allemagne, les « thérapies de conversion » dont le but est d’aider les jeunes à lutter contre des tendances contre-nature, seront interdites pour les mineurs dès l’été 2020. Ainsi en a décidé le Bundestag, le 7 mai dernier. Mais la loi votée va plus loin encore, déclarant illégal tout conseil de parent ou de psychologue donné à des jeunes pour les détourner de l’homosexualité. 

Le ministre allemand de la Santé, le démocrate-chrétien Jens Spahn (CDU), est aligné sur l’idéologie du genre : « Le terme thérapie est trompeur. Là où il n’y a pas de maladie, il n’y a pas besoin de thérapie ». Or, puisque l’homosexualité n’est pas une maladie, il faut en conséquence « que nous acceptions tout le monde tel qu’il est ». 

C’est d’ailleurs sur cette profession de relativisme que se sont appuyés les parlementaires allemands pour interdire, le 7 mai 2020, les « thérapies de conversion » : inciter un jeune à inverser une attirance pour une personne de même sexe sera bientôt passible d’une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison ou 30 000 euros d’amende. 

La loi votée par le Bundestag ne s’arrête pas là. Désormais, même le conseil volontairement recherché par un jeune qui veut lutter contre de telles attirances est assimilé à un abus par celui qui le lui donne. Le parent, le psychologue, mais encore le prêtre ou le religieux qui essaierait d’éclairer la conscience de ce jeune tomberait dans l’illégalité, et ce au nom de la « protection de l’enfance » (sic).  

Un sophisme pleinement assumé par Jens Brandenburg, député du Parti libéral démocrate (FDP), qui a soutenu le projet de loi en jargonnant : « quiconque soumet ses propres enfants à de dangereuses tentatives d’inversion de polarité viole assurément son devoir de protection ». 

Une victoire pour les lobbies homosexuels, qui porte atteinte non seulement au droit naturel et au droit des parents d’élever leurs enfants, mais aussi à la liberté de religion, puisque les prières dites de « délivrance », deviennent des « tentatives dangereuses » réprimées par la loi, lorsqu’il s’agit d’« inverser une attraction » envers une personne du même sexe. Prochaine étape pour l’Association des lesbiennes et des gays d’Allemagne : interdire toute thérapie de conversion pour les adultes. La décadence et la corruption des moeurs ne connaissent plus de limite. Dieu vomit une société qui encourage le vice et appelle bien le mal et mal le bien.