Aux Philippines, la Cour suprême repousse timidement le « mariage pour tous »

11 Janvier, 2020
Provenance: fsspx.news

La Cour suprême des Philippines a confirmé qu’une redéfinition du mariage, afin d’y inclure les personnes de même sexe, n’était pas conforme à la Constitution. L’arrêt de la plus haute juridiction ne constitue cependant qu’une victoire en demi-teinte pour les opposants au « mariage pour tous ». 

Dans une ordonnance du 6 janvier 2020, la Cour suprême des Philippines a déclaré que la requête en réexamen de la définition du mariage avait été « rejetée définitivement », en sorte « qu’aucun autre acte de procédure ou de requête dans cette matière ne sera retenu ». 

La controverse avait débuté en 2015, avec le dépôt du recours d’un animateur de radiodiffusion devant la plus haute juridiction de l’archipel. Le requérant contestait les dispositions du code de la famille philippin définissant le mariage comme « l’union permanente d’un homme et d’une femme » et pénalisant en conséquence l’homosexualité. 

S’il est heureux que la Cour suprême des Philippines ait rejeté le recours au motif qu’il ne présentait « aucun argument substantiel », les juges ont bien pris garde de se prononcer sur le fond du dossier, renvoyant plutôt la balle dans le camp du législateur. 

« Si les arbitrages de la Cour concernent l’interprétation des droits fondamentaux, il revient au législateur de débattre sur la manière d’exprimer et d’assurer ces droits fondamentaux », ont expliqué les magistrats.  

Plus inquiétant, la Cour suprême reconnaît dans son arrêt du 6 janvier que les personnes homosexuelles avaient été victimes de « discrimination » dans l’archipel par le passé, et que la Constitution n’interdisait pas « explicitement le mariage homosexuel ».  

La bataille pour la préservation de la famille n’est pas encore gagnée aux Philippines.