Pourquoi faut-il des prêtres ?

fsspx.news

Chaque année, au mois de juin, des prêtres sont ordonnés au service de l’Église pour « sacrifier, bénir, présider, prêcher, baptiser » (Pontifical romain). Loin de ne concerner qu’un petit nombre de fidèles et un cercle restreint de familles, les cérémonies d’ordination qui accompagnent la vie de l’Église impliquent tous les hommes, car le salut du monde dépend du sacerdoce. Configuré au Christ médiateur et pontife, le prêtre a la mission d’enseigner la vérité, de dispenser la grâce et de guider les âmes vers Dieu.

Prophète de la vérité

Ambassadeur de Dieu, ministre du Christ et de l’Église, le prêtre met à la disposition des hommes le trésor de la vérité. Il fait connaître la Parole de Dieu et les enseignements de la Tradition catholique.

Dans sa prédication, le prêtre expose les vérités hautes et profondes que la raison ne peut découvrir par elle-même. Il dévoile les mystères cachés révélés par le Christ et relate les évènements de l’histoire du salut, spécialement le mystère de la mort et de la résurrection du Sauveur. Surtout, il apporte des réponses claires aux multiples interrogations des hommes sur le sens de la vie, la raison du mal et le secret du bonheur.

Serviteur désintéressé de la vérité, le prêtre ne cherche pas à flatter. Comme le Seigneur son maître, il propose un idéal élevé et enthousiasmant, mais toujours exigeant. Il apporte un message de sainteté qui dérange les hommes épris des biens de ce monde. Sans cacher les austérités qu’implique l’Évangile, le prêtre montre que la grâce divine est une perle de grand prix dont la réception vaut bien quelque sacrifice.

Prophète vigilant qui démasque les mensonges, le prêtre réfute les doctrines fausses qui entraînent les âmes dans des impasses, voire des gouffres profonds. Face aux idéologies trompeuses, le prêtre alerte, avertit, met en garde. Refusant de cautionner les demi-vérités, injustices et scandales, il appelle à résister au mal, sous ses formes variées.

Dispensateur de la grâce

En vertu du caractère sacerdotal imprimé dans son âme depuis le jour de son ordination, le prêtre peut consacrer le corps et le sang du Seigneur à la messe, ainsi que donner certains sacrements.

L’acte essentiel du sacerdoce est la célébration de la sainte messe qui répand mystérieusement dans les cœurs les grâces surabondantes du sacrifice de la Croix. Agissant à l’autel en la personne du Christ, le prêtre renouvelle sous un mode non sanglant l’unique sacrifice du Calvaire. En union avec toute l’Église, il offre à Dieu un sacrifice d’adoration, d’action de grâce, de propitiation et d’impétration pour les vivants et pour les morts. Glorifiant la sainte Trinité, il apporte aux hommes la grâce divine qui élève et qui soigne. Toutes les bénédictions que donne le prêtre au fil de son ministère préparent et accompagnent l’œuvre de la grâce dans les cœurs.

En conférant le sacrement de baptême, le prêtre applique de manière individuelle aux âmes les grâces de la Rédemption. Lorsqu’il baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, le prêtre fait passer les âmes des ténèbres du péché à la lumière de la grâce. En même temps, il les introduit dans l’Église et les intègre à la communion des saints. En distribuant le Pain de vie, le prêtre unit les âmes au Dieu fort qui donne à chacun le courage et l’énergie nécessaires pour s’acquitter de ses devoirs.

Ministre du sacrement de pénitence, le prêtre absout inlassablement les pécheurs. Dispensateur de la miséricorde du Christ, il permet aux hommes d’apaiser leur conscience et de mettre en fuite Satan. Grâce au prêtre, tout pécheur contrit et pénitent peut se convertir jusqu’au soir de sa vie. Par ailleurs, le prêtre apporte le remède de l’onction des malades aux fidèles du Christ qui se trouvent en péril de mort.

Pasteur des âmes

Le prêtre aide les hommes à réaliser la volonté du Seigneur, telle qu’elle se manifeste dans la loi et les évènements de la vie. Sagement, il tente d’appliquer les principes de l’Évangile à la singularité des personnes et des situations. Tel est le rôle de la pastorale.

Médiateur, le prêtre rapproche les âmes de leur Sauveur, pour qu’elles puissent entrer un jour dans la joie de leur Maître. De plus, il encourage les chrétiens à se dévouer au service de l’Église et à œuvrer au bien commun de leur pays. Pour ce faire, le prêtre invite au discernement et à la prudence. Il stimule les énergies et réveille les cœurs endormis.

Instrument de miséricorde, le prêtre apporte la consolation du Seigneur aux personnes éprouvées dans leur corps et leur âme. Face aux drames de la vie, il recommande courage et confiance. Il exhorte à la prière persévérante et à l’action, en invitant chacun à prendre les bons moyens pour atteindre sa fin.

Artisan de paix, le prêtre cherche à réconcilier ceux qui sont divisés. Il aide les familles à conserver l’unité et à la restaurer, aussi souvent que nécessaire. Face aux situations de conflit qui accompagnent la vie, le prêtre agit en médiateur pour trouver des solutions justes mues par la charité.

Si l’Église ne peut se passer du ministère des prêtres pour remplir sa mission de salut, la question du recrutement sacerdotal s’avère décisive. Sur ce point, deux recommandations s’imposent. D’abord, il importe de demander au « maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson » (Lc 10, 2). En outre, il revient à chacun – aux parents spécialement – d’accompagner l’action du Saint-Esprit dans les cœurs, en montrant aux plus jeunes « la haute dignité, la beauté, l’utilité et le grand mérite » du sacerdoce (Pie XII, Exhortation Menti nostrae, 1950).

Abbé Pierre-Marie BERTHE