L’épiscopat ukrainien de rite latin dénonce la dérive synodale allemande

24 Février, 2020
Provenance: fsspx.news
Mgr Radoslaw Zmitrowicz.

Les évêques catholiques de rite latin d’Ukraine ont publié une correction fraternelle à l’égard de leurs confrères allemands, dénonçant le chemin pris par le synode outre-Rhin comme « une menace pour les fidèles en Ukraine ». 

La lettre des évêques ukrainiens de rite latin - qui exercent leur apostolat principalement auprès de la minorité polonaise présente dans le pays - a été rendue publique le 6 février 2020, sur un site d’informations catholiques polonais. La position des évêques allemands y est dénoncée avec fermeté. 

« Les groupes de pression de la nébuleuse dite ‘LGBT’ mènent un combat idéologique massif dont les jeunes et les enfants sont les premières victimes ; elles justifient désormais leur propagande en s’appuyant sur le document de l’épiscopat allemand  intitulé ‘Un nouveau regard’ : cela nous fait mal de constater qu’on se réfère à votre document synodal pour combattre le christianisme, ainsi que tous ceux qui reconnaissent la véritable anthropologie, basée sur les Saintes Ecritures et la loi naturelle ». 

Les conséquences sont graves, déplorent les évêques ukrainiens : « ceux de nos fidèles, qui portent l'homosexualité comme un fardeau, en lisant le document de votre synode, trouveront inutile de lutter pour une vie plus pure ». 

Et les prélats de souligner le scandale que le synode ne manque pas de créer auprès des acatholiques : « certaines communautés protestantes et orthodoxes voient dans votre position le signe que l’Eglise catholique universelle s’écarte de la vérité révélée ». 

Interrogé par un média ukrainien, le président de la Commission épiscopale pour la famille, Mgr Radoslaw Zmitrowicz, a déclaré que la correction fraternelle ne suffirait probablement pas à infléchir le mouvement, car « il s’agit avant tout d’une bataille spirituelle et que les armes de la prière et de la pénitence sont d’une grande importance ». 

Interrogé sur la raison pour laquelle tant de prélats allemands paraissent s’éloigner de la foi catholique, Mgr Zmitrowicz répond, lucide : « la société allemande a perdu tout contact avec la foi au vrai Dieu ».