Europe : David contre Goliath

20 Décembre, 2018
Provenance: fsspx.news

Une action conjointe de la Hongrie et de la Pologne a mis en échec un projet de directive européenne concernant « l’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de religion ou de conviction, de handicap, d’âge ou d’orientation sexuelle ». 

Le signal lancé le 6 décembre 2018 au Conseil des affaires sociales de Bruxelles n’est pas à minimiser : les ministres concernés des Vingt-Huit n’ont pas pu trouver de consensus sur un texte censé mettre en avant « les valeurs de l’Europe », concernant certains droits revendiqués par les groupes de pression homosexuels. 

Le ministre hongrois, suivi par le ministre polonais, est monté au créneau, rejetant toute mention du terme « LGBTIQ » désignant l’idéologie homosexuelle, dans le projet relatif à la lutte contre les discriminations. 

Conséquence rare : les ministres des affaires sociales des Vingt-Huit n’ont pas pu adopter de « conclusions du conseil » en tant que telles, mais ont dû se contenter de « conclusions de la présidence ». 

« C’est un pas en arrière inacceptable », a déploré le ministre néerlandais Wouter Koolmees, l’un des plus zélés porte-parole de la cause homosexuelle. 

Une fois de plus, la fracture se manifeste entre les nations d’Europe centrale, plus traditionnelles, et celle de l’Europe occidentale, prônant un libéralisme sans frein. 

Ce résultat, s’il n’est pas spectaculaire, a le mérite de montrer comment une opposition concertée au niveau européen peut permettre de mettre en échec une idéologie dominante cherchant à imposer à l’Union des Vingt-Huit de prétendues valeurs, en fait plus mortifères que libertaires.