L’extinction lente et silencieuse des chrétiens d’Irak

17 Juillet, 2020
Provenance: fsspx.news

Un rapport publié au mois de juin 2020 par l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED) pointe du doigt le risque d’extinction des chrétiens en Irak, et tout particulièrement dans la plaine de Ninive. 

Si les chrétiens sont, en Irak, une espèce en voie de disparition, ce n’est pas la faute du Covid-19, mais celle des virus de l’indifférence et de la persécution religieuse : le rapport publié au mois de juin dernier par l’AED est éclairant à ce sujet. 

« Si la communauté internationale n'intervient pas immédiatement, la migration forcée, en l'espace de 4 ans, pourrait réduire la population chrétienne de 80% par rapport à l'exode avant l'agression de l’Etat islamique », prévient l’œuvre internationale de droit pontifical consacrée à la protection des chrétiens persécutés. 

Le document évoque le retour possible de l’organisation Etat islamique et accuse l’activité agressive des milices chiites : 69% des chrétiens interrogés envisagent une migration forcée, afin de demeurer en vie, et 24% déclarent avoir subi des vexations de la part des islamistes. La valise ou le cercueil. 

Si la situation demeure préoccupante, tout n’est pas encore perdu : l’AED observe que grâce au plan de redressement à long terme entrepris par la fondation avec d'autres organisations, 45% des familles chrétiennes sont retournées dans la plaine de Ninive malgré les difficultés. 

Une nouvelle phase de redressement est actuellement en cours. Reste à savoir si la fureur des persécuteurs - à laquelle s’ajoute l’indifférence de l’Occident - ne balaiera pas les espoirs des chrétiens des bords du Tigre et de l’Euphrate.