Fin de la Mission Rosa Mystica, sous le patronage de « Notre-Dame des Vents »…

27 Février, 2020
Provenance: fsspx.news

Ce vendredi 21 février, Notre Dame n’affronte plus la pluie mais un vent très violent qui nous a permis d’imaginer ce que peuvent être les typhons philippins. Ce que nous avons connu là n’était, paraît-il, qu’un doux zéphir !

La Mission va s’installer sur les hauteurs de Pelaez, dans le district de Claveria, à 1200 m d’altitude, où il faudra partager les rares vêtements chauds emportés dans les valises. Les jeunes volontaires et l’abbé Jacques Péron, notre aumônier français qui avait déjà participé à la Mission en 2018, ainsi que les membres philippins d’ACIM-Asia, passeront une nuit froide, sous une tente secouée par les rafales de vent et les trombes d’eau. Quant aux moins jeunes (privilège de l’âge !), ils doivent reprendre la route (ou la piste !) tous les soirs en sens inverse pour regagner leur hôtel situé ces trois derniers jours à Balingasag, ville côtière la plus proche. Une heure de transport environ pour atteindre les premières infrastructures hôtelières très peu développées dans cette région. Le potentiel touristique est pourtant immense, mais la guérilla communiste a trop longtemps fait régner un climat d’insécurité, empêchant tout développement dans ce domaine.

« Le sabre et le goupillon »

Ce même jour, quelques volontaires sont allés à la rencontre du colonel Ricky Canatoy dans son QG de Dimalulupig, district de Claveria. Il leur a décrit la situation politique et économique régionale et les raisons pour lesquelles cette zone d’intervention a été choisie (en dernière minute !) pour la Mission Rosa Mystica 2020. Toute la semaine nous avons, en effet, sillonné en tous sens une petite péninsule située à deux heures de route à l’ouest de Butuan, où la Mission aurait dû avoir lieu. 

Ces districts montagnards sont habités par des tribus indigènes extrêmement pauvres. Le NPA (Armée de libération nationale) tire parti de ce dénuement extrême pour embrigader les habitants afin de les « convertir » à l’idéologie communiste, profitant du peu d’intérêt que le gouvernement leur a porté jusqu’à maintenant. 

La pacification a été menée à bien depuis deux ans, et l’armée philippine a mis au point une opération d’aide aux populations – Community Support Program –, dans le cadre de laquelle s’est déroulée notre mission médicale. Cette opération d’aide a pour but d’extraire les populations de l’influence de groupes révolutionnaires toujours présents et actifs, de façon résiduelle, malgré les succès militaires enregistrés par l’armée. L’activité de ces guérilleros a tendance – depuis que leur résistance armée a été réduite – à se transformer en activité mafieuse, ce qui est aussi dangereux pour ces populations fragilisées par la pauvreté.

Le colonel Canatoy a manifesté sa reconnaissance à notre organisation pour l’aide apportée de façon impromptue et néanmoins bien opportune. En retour, nous lui avons dit toute notre gratitude, car sans le support logistique de son unité, le 58e Bataillon d’Infanterie, la Mission n’aurait pu avoir lieu. Un sympathique thanksgiving dinner fut offert aux volontaires le dernier soir, dans le camp militaire qui fut aussi le camp de base des deux derniers jours de la Mission.

A l’occasion de ces réjouissances, l’abbé Tim Pfeiffer, prieur de Davao, capitale de l’île de Mindanao, a rappelé, dans un profond et vigoureux discours, que l’on ne pourra obtenir de succès véritable sans se conformer aux demandes de Notre-Dame de Fatima : le communisme sera vaincu par la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé. Les pérégrinations de son image sainte à travers ces montagnes, les nombreuses consécrations personnelles et celles des barangays (municipalités) se veulent une modeste réponse aux désirs de Notre Dame. Et n’a-t-elle pas déjà accédé aux prières de ces pauvres parmi les pauvres, en s’avançant ainsi parmi eux, « belle comme la lune, éclatante comme le soleil, terrible comme une armée rangée en bataille »…

Dans cet esprit, la journée de travail des volontaires et des missionnaires de la Légion de Marie s’achève chaque soir par le Saint Sacrifice de la messe célébrée dans les chapelles des villages, sous les préaux ou autres bâtiments de fortune, lorsque les lieux de culte manquent à l’appel. Le décor peut donc parfois surprendre ! Ainsi, le Santo Nino (les Philippins ont une grande dévotion envers l’Enfant-Jésus de Prague depuis le passage des premiers missionnaires au XVe siècle) placé à la droite de l’autel dans la chapelle de Pelaez est certainement plus « liturgique » que les sacs de riz entassés à Aligodon, ou l’hymne guerrier de la 47e division dans les locaux du 58e bataillon ! Mais dans le contexte philippin, nul ne songe à se plaindre de cette heureuse alliance du sabre et du goupillon !

Faire un don

Vous pouvez aider la Mission en faisant un don. Cette œuvre ne repose que sur la générosité de ses amis et de ses bienfaiteurs.

Don par chèque à l’ordre d’ACIM : ACIM - 2, route d’Equihen - F-62360 Saint-Etienne-au-Mont ;

ou don en ligne par Paypal

Photos sur le diaporama :

Photo 1 et 2 : Arrivée à Pelaez.
Photo 3 : En plein vent.
Photo 4: Salle des catéchismes, bien exposée elle aussi !
Photo 5 : Enregistrement des patients, puis signes vitaux.
Photo 6 : Seigneur, faites que je voie !
Photo 7 : Une des deux opticiennes volontaires modèle une monture de lunette avec les moyens du bord, un sèche-cheveu électrique ! Encore a-t-il fallu attendre parfois le milieu de la journée pour avoir de l’électricité dans ces villages reculés !
Photo 8 : Le Docteur June Viray au travail de l’aurore au coucher du soleil dans la salle de classe transformée en dispensaire.
Photo 9 : La doyenne des patientes, 103 ans, accompagnée par sa fille !
Photo 10 : Une « salle d’attente » joyeuse et colorée.
Photo 11 : Notre riz quotidien !
Photo 12 : Catéchisme aux écolières.
Photo 13 : Remises de médailles et scapulaires.
Photo14 : Une file d’enfants sages attendant patiemment leur tour ! (En arrière-plan, les tentes des jeunes volontaires)
Photo 15 et 16 : « Laissez venir à moi les petits enfants »
Photo 17 : Jeu de cerceau.
Photo 18 : Visite du QG du 58e bataillon d’infanterie à Dimalulupig et rencontre avec le colonel Ricky Canatoy.
Photo 19 : Petit cours de stratégie spirituelle aux soldats : le Rosaire, mitraillette de la Sainte Vierge !
Photo 20 et 21 : Le sabre et le goupillon !
Photo 22 : Chapelle de fortune.
Photo 23 : Santo Nino.
Photo 24 : Messe au 58e Bataillon.
Photo 25 : La Mission itinérante Rosa Mystica s’est tenue, cette année 2020, dans la province du Misamis Oriental, au Nord-Ouest de l’île de Mindanao.

Les volontaires ont sillonné la péninsule et ont dressé leur camp chaque jour dans six localités différentes : Lundi 17 février : Sitio Moya, Barangay Eureka, district de Gingoog City. Mardi 18 février : Barangay Minalwang, district de Claveria. Mercredi 19 février : Barangay Ili-Ilihon, district de Salay. Jeudi 20 février : Sitio Dansuli, Barangay Samay, district de Balingasag. Vendredi 21 février : Barangay Pelaez, Claveria. Samedi 22 février : Sitio Aligodon, Barangay Mat-i, district de Claveria. Dimanche 23 février : une consultation supplémentaire sera ouverte pour les militaires du 58e bataillon et leur familles et voisins dans le camp de Dimalulupig, district de Claveria.