Hitler voulait enlever le pape : le plan secret du Vatican pour protéger Pie XII

15 Avril, 2020
Provenance: fsspx.news

Des documents inédits provenant des archives de la gendarmerie pontificale révèlent le plan secret mis en place pour défendre le Saint-Siège et exfiltrer le pape Pie XII, en cas d’occupation du Vatican. 

Entre le 8 septembre 1943 - date de l’occupation de Rome par les Allemands - et la libération de la Ville éternelle, le 4 juin 1944, le Vatican se retrouve dans l’œil du cyclone. Cette période est mise en lumière par l’historien Cesare Catananti dans son livre Il Vaticano nella tormenta paru aux éditions San-Paolo, le 17 janvier 2020. 

Au moyen de documents qu’il a pu exceptionnellement consulter au siège de la gendarmerie pontificale, l’historien démontre que le chancelier allemand avait planifié l’invasion des 44 hectares du Vatican ainsi que l’enlèvement du souverain pontife. Celui-ci aurait été déporté soit à Munich, soit au Liechtenstein. 

La secrétairerie d’Etat ayant été mis au courant de ce projet, un véritable plan de guerre fut mis sur pied. Le Vatican se barricada : renforcement des grandes portes par des barres monumentales et des sacs de sable, organisation de la défense par la garde suisse, approvisionnement en eau et en nourriture afin de se préparer à un long siège. 

Si Hitler ne recule devant rien et décide d’envoyer ses panzers pour percer la muraille, qu’à cela ne tienne, le plan de défense prévoit un redéploiement tactique dans les palais apostoliques, avec, comme phase ultime, un sanglant corps-à-corps avec la garde noble, à la porte de l’appartement pontifical, là où l’agresseur croirait trouver le souverain pontife. 

Le temps gagné par une lutte aussi héroïque que désespérée serait mis à profit pour permettre au successeur de Pierre et à ses familiers de gagner la tour grégorienne - aussi appelée tour des Vents - située au nord de la basilique Vaticane. A la faveur de passages secrets, tous auraient pu rapidement gagner un lieu sûr, avec le soutien du MI9 britannique. 

L’invasion n’eut finalement pas lieu, mais l’histoire est riche de rebondissements. En juin 1944, au moment de la libération de Rome, Pie XII fera ouvrir la muraille léonine aux soldats allemands - ceux-là mêmes qui devaient l’enlever quelques mois plus tôt - afin de les protéger contre les représailles d’une population excédée et ivre de vengeance.