Inde : la basilique du Bon Jésus menace ruine

22 Mai, 2020
Provenance: fsspx.news

Dans l’Etat de Goa, le plus petit Etat de la République indienne, sur la côte ouest, se trouve la basilique du Bon Jésus. Construit à Velha Goa, ancienne capitale de l’Inde portugaise, l’édifice du XVIIe siècle abrite la châsse du missionnaire jésuite saint François Xavier (1506-1552). L’agence fédérale indienne chargée de la protection du patrimoine est accusée de négliger l’entretien de la basilique qui menace ruine, bien qu’inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1986. 

Le père Patricio Fernandes, recteur de la basilique du “Bom Jesus”, s’est plaint auprès des autorités fédérales et de l’Etat de l’indigence de l’Archaeological Survey of India (ASI), rapporte l’agence catholique Ucanews. « En raison de la négligence de l’ASI, la basilique a subi des dommages considérables et risque de se détériorer davantage », expose-t-il dans une lettre du 21 avril adressée au ministre en chef de l’Etat, ainsi qu’aux responsables de l’ASI. « Qu’il s’agisse des réparations de mauvaise qualité, des installations défectueuses d’eau potable et des toilettes, de l’absence de barrières de protection ou de travaux d’entretien général, l’ASI s’est rendue coupable de négligence grave », dénonce le Père Fernandes. 

L’Agence avait prévu d’entreprendre la réparation du toit latéral, des faux plafonds et des planchers en mai 2019, avant la mousson de juin, mais les travaux ont été reportés à janvier 2020, pour être abandonnés un mois après. Puis, l’arrêt a été prolongé sous le couvert des restrictions liées au Covid-19, ce qui contribue à « mettre en évidence la négligence, l’incompétence et l’inefficacité colossales » de l’ASI pour assurer le bon entretien de la basilique. Malgré les nombreux rappels concernant les termites qui s’attaquent aux « statues inestimables » et à l’autel, aucune action n’a été engagée.  

En outre, la sécurité de la basilique où affluent des milliers de pèlerins sur la tombe de saint François Xavier, n’est pas assurée, déplore le recteur, rappelant les attaques contre les églises chrétiennes au Sri Lanka. D’autant plus que l’Etat de Goa – où le parti pro-hindou Bharatiya Janata (BJP) dirige le gouvernement – abrite plusieurs églises et monastères construits par les Portugais. Or, il est notable que depuis 2014 en Inde, l’arrivée au pouvoir du BJP et du Premier ministre Narendra Modi a favorisé une politique nationaliste hindoue à travers tout le pays. Et l’agence des Missions étrangères de Paris Eglises d’Asie (EDA) n’est pas sans faire état des multiples vexations, discriminations et violences dont est victime la minorité chrétienne, avec la complaisance du gouvernement. 

Les missionnaires jésuites ont construit l’église du Bom Jesus à Velha Goa, de 1594 à 1605. Le monument est de style baroque et sur le modèle de l’église du Gesù, de Rome, avec au sommet de la façade le monogramme IHS. La châsse de saint François Xavier y fut installée en 1624, après sa canonisation en 1622. Devenue un important centre de pèlerinage, l’église est élevée au rang de basilique mineure par Pie XII en 1946, et devient la basilique du Bom Jesus.  

Saint François Xavier, prêtre de la Compagnie de Jésus, évangélisateur des Indes, est né en Navarre. Il fut à Paris l’un des premiers compagnons de saint Ignace de Loyola. Poussé par l’ardeur de répandre l’Evangile, il se dépensa sans compter pour annoncer le Christ à des peuples innombrables en Inde, dans les Moluques et autres îles, et de là au Japon, convertissant beaucoup d’âmes à la foi catholique. Enfin, consumé par la maladie et les travaux, il mourut sur l’île de Sancian, aux portes de la Chine, en 1552. (Martyrologe romain)