Irlande : après la tempête, le temps de l’analyse

31 Mai, 2018
Par fsspx.news
news-header-image
"Nous ne nous reposerons pas tant que cette loi sur l'avortement ne sera pas renversée."

FSSPX.News dans son édition du 29 mai 2018, est revenu pour le public anglophone sur le séisme qui a vu le vote massif des Irlandais en faveur de l’avortement, dans un pays pourtant catholique à 78%. Analyse d’un « oui » qui cache un « non » à l’institution catholique.

Un seul évêque a pour l'instant réagi après le scrutin afin de dénoncer la gravité de l’acte posé par les centaines de milliers de catholiques qui ont dit « oui » à l’abrogation du 8e amendement protégeant la vie de l’enfant à naître dans l’Île des saints.

En effet, quelques heures seulement après le scrutin, Mgr Kevin Doran, évêque d’Elphin, s’est exprimé dans les colonnes de The Journal : « ceux qui ont voté pour le ‘oui’ en connaissance de cause devraient aller se confesser ».

L’évêque d’Elphin est l’un des rares prélats irlandais à avoir pris publiquement la parole durant les derniers mois précédant le référendum. Il n’a pas non plus hésité à parcourir les paroisses de son diocèse pour expliquer l’enjeu d’un vote à la lumière de la loi naturelle et des principes de la morale catholique.

Quelle ne fut pas sa surprise de voir un si faible soutien - 34% - au 8e amendement de la Constitution qui protège le droit à la vie.

D’ailleurs, et ce n'est pas un hasard mais une conséquence de ce scrutin, le débat politique en Irlande s’est déplacé ces derniers jours sur l’opportunité de maintenir le lien entre l’Etat et une Eglise catholique qui peine à se faire entendre.

Beaucoup de catholiques, parmi ceux qui ont choisi le « oui », semblent avoir voté moins par conviction que par défiance par rapport à une institution dont l’engagement en faveur du « non » n'aurait eu que peu d'effet. D'autant que les médias dominants faiseurs de l'opinion ne se sont pas privés de remuer certains scandales pour la discréditer.

Quoi qu’il en soit, les centaines de milliers de catholiques irlandais qui ont soutenu le « oui » se sont détournés de la promesse de leur baptême en accordant leur suffrage à un projet qui enfreint explicitement le 5e commandement de Dieu : « Tu ne commettras pas de meurtre ».

Plus que jamais, à travers le scrutin irlandais se manifeste l'existence de « catholiques culturels » qui se réclament d’une vague identité catholique, mais qui dans la réalité se sont clairement éloignés de l’Eglise. Seuls ceux qui aiment le Christ plus que tout et qui gardent ses commandements sont dignes d’être appelés ses disciples.