Irlande : après l'avortement, le droit au blasphème !

18 Juin, 2018
Par fsspx.news
news-header-image
Le Couronnement d'épines (1622-1623) par Dirck van Baburen.

Le ministre de la Justice de la République d’Irlande, Charlie Flanagan, a annoncé la tenue d’un référendum en octobre 2018, sur l’abrogation du délit de blasphème pourtant inscrit dans la Constitution du pays.

Les électeurs se verront poser la question suivante : « l’article 40.6.1 doit-il être retiré de la Constitution ? »

Cet article rend jusqu’ici passible d’une amende de 25.000 € celui qui aurait commis un délit de blasphème. Ce dernier est défini en Irlande comme un « propos à caractère nettement injurieux et insultant, en lien avec des thèmes tenus pour sacrés par une religion, et de nature à causer l’indignation d’un nombre substantiel de croyants appartenant à cette religion ».

Pour Charlie Flanagan, membre du Fine Gael, un parti du centre progressiste (sic), le « oui » au référendum a pour but d’envoyer « un message fort au monde afin de montrer quelles sont les valeurs que porte l’Irlande d'aujourd’hui ». Ces valeurs ne sont rien d'autre que l'oubli et l'abandon de Dieu, l'athéisme pratique dans la vie publique et l'apostasie d'une nation évangélisée par saint Patrick au Ve siècle.

Quant au référendum, il a des allures de faux-semblant. La très ancienne disposition sur le blasphème n'était guère appliquée. L’article en question n'a jamais engendré de poursuites et aucun Irlandais n'a été condamné pour propos blasphématoires depuis 1855.

Mais qu'importe : après le récent « oui » à l’avortement, ce nouveau référendum prend les allures d'un véritable rejet de Dieu et de ses commandements. L'Irlande d'aujourd'hui veut couper avec son passé catholique et s'attaquer à ce qui fit la grandeur de l’Ile des Saints… Mais de Dieu on ne se moque pas (Ga. 6, 7).