Le Cambodge commémore la chute du communisme

28 Janvier, 2019
Provenance: fsspx.news

Le 7 janvier 2019 marquait le quarantième anniversaire de la chute du régime de terreur des Khmers rouges : plus de 60.000 Cambodgiens ont commémoré cet heureux événement en présence du Premier ministre Hun Sen. 

Dans un stade olympique comble, le chef du gouvernement cambodgien a qualifié la chute du régime communiste de « seconde naissance » de son pays. 

Entre 1975 et 1979, le mouvement Khmer Rouge a imposé un régime de terreur basé sur une application fidèle des principes du communisme. Plus de deux millions de Cambodgiens, soit près du quart de la population totale de l’époque, ont péri, souvent dans d'atroces conditions. 

L’Eglise catholique au Cambodge a particulièrement souffert de la persécution organisée par les Khmers Rouges : il faut garder en mémoire que le christianisme n’a jamais été que toléré sur cette terre khmère où le bouddhisme est religion d’Etat. 

Au XVIIIe siècle, les catholiques persécutés au Vietnam avaient massivement émigré au Cambodge : ainsi, en 1970, l’Eglise comptait 65.000 fidèles, des Vietnamiens à 90%. 

Mais lorsque le général Lon Nol prend le pouvoir la même année, il attise les haines ethniques et organise des pogroms contre les Vietnamiens : 40.000 d’entre eux rentrent alors dans leur pays d’origine. 

Sur les catholiques qui restaient au moment de l’arrivée des communistes en 1975, 48,6% furent victimes du régime de Pol Pot, affirme le rapport de Marek Sliwinski paru en 1995, Le génocide khmer rouge : une analyse démographique. Ainsi les catholiques représentent-ils la communauté religieuse proportionnellement la plus touchée par le régime communiste.  

Le sang des martyrs est semence de chrétienté. En 2006 l’Eglise comptait 22.000 catholiques – 7.000 Cambodgiens, les autres étant Vietnamiens –, avec une moyenne de 200 catéchumènes demandant le baptême chaque année.