Le Chapitre général en 7 questions (5)

07 Juillet, 2018
Par fsspx.news
news-header-image

Comment l’élection du Supérieur général se déroule-t-elle ? 

Le rapport moral du Supérieur général qui remet son mandat entre les mains du Chapitre étant terminé, le premier tour de scrutin peut commencer : si personne n’est élu, d’autres tours sont effectués, au rythme de quatre dans une journée. 

L’élection se fait à bulletin secret ; les bulletins de vote ne sont pas signés. Personne ne se donne son propre suffrage. 

Pour être élu Supérieur général, il faut recueillir les deux tiers des voix, sachant que le Supérieur général doit être engagé définitivement dans la Fraternité, avoir reçu le sacrement de l’Ordre, et être âgé d'au moins trente ans. 

Il est à noter que les capitulants peuvent donner leur voix à un membre de la Fraternité qui ne se trouve pas dans le Chapitre. 

Le Président du Chapitre annonce l’élection du Supérieur général qui dispose de huit jours utiles pour accepter la charge : cette acceptation doit se faire devant tous les capitulants. 

Si l’élu refuse la charge, une nouvelle procédure d’élection est enclenchée. 

Si l’élu n’est pas présent dans la salle capitulaire, le Président du Chapitre le fait appeler pour qu’il puisse accepter la charge en personne et devant le Chapitre, qui reste donc suspendu jusqu’à l’arrivée et l’acceptation de l’élu. 

L’élection terminée, le Secrétaire général de la Fraternité communique le résultat au Saint-Siège, aux maisons de la Fraternité et aux communautés amies. 

Dès l’acceptation du nouveau Supérieur général, celui-ci est installé dans sa charge. Il prononce devant le Chapitre la Profession de foi et le Serment antimoderniste. Chacun des membres présents va ensuite lui promettre respect et obéissance. A la fin, on chante le Te Deum. 

A suivre : l'élection des Assistants généraux