Le Chapitre général en 7 questions (7)

10 Juillet, 2018
Par fsspx.news
news-header-image

Quelles sont les questions que traite le Chapitre général après les élections  ? 

La première question porte sur l’examen des comptes de la Maison générale : cet examen est réalisé par trois vérificateurs, membres du Chapitre mais étrangers au Conseil général, nommés par le Président du Chapitre. 

Les matières réservées au Chapitre sont nombreuses, en voici quelques exemples : 

- l’examen de la situation morale et financière de la Fraternité d’après les comptes rendus présentés par le Supérieur général sortant ; 

- les modifications ou précisions à introduire dans les Statuts, ainsi que l’interprétation authentique de ceux-ci ; 

- les questions d’intérêt majeur pour le bien commun de la Fraternité ; 

- la détermination des règles à suivre dans la Fraternité relativement à certaines questions controversées, à de nouvelles conditions sociales, aux problèmes de l’apostolat, de la formation des clercs, etc. 

Pour mener à bien cette tâche immense, les travaux du Chapitre se déroulent en commissions, constituées en fonction des différents thèmes, et aussi des questions (ou vota) formulées par les membres. 

C’est le nouveau Supérieur général qui confirme les commissions, en détermine l’objet, en propose les membres, dont un président et un secrétaire. 

Les commissions élaborent des analyses et des résolutions qui sont soumises ensuite aux délibérations du Chapitre réuni en séance plénière. 

Les résolutions du Chapitre sont des décisions, des directives ou des vœux. Elles se prennent à la majorité absolue des membres présents. 

Si elles entraînent un changement dans les Statuts, elles doivent recueillir la majorité des deux tiers des suffrages valides. L’ensemble des résolutions forme les Actes du Chapitre général qui sont ensuite imprimés et publiés dans Cor Unum, le bulletin officiel interne que reçoivent tous les membres de la Fraternité. 

Les décisions ayant besoin de l’approbation de Rome, ou les résolutions qui gagneraient à être examinées par l’Autorité suprême, sont ensuite soumises au Saint-Siège par le Conseil général.