Le pape François maintient le cardinal Sarah à son poste

18 Juin, 2020
Provenance: fsspx.news

Le pape François a décidé de reconduire au poste de préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, le cardinal Robert Sarah. Le haut prélat guinéen était jusqu’ici présenté, à son corps défendant, comme opposé à la ligne de l’actuel pontife romain. 

Au fil des mois, la position du haut prélat guinéen semblait être devenue délicate : circulaire sur la messe célébrée de préférence versus orientem, défense de l’interdiction de la communion aux « divorcés remariés », plaidoyer pour le célibat sacerdotal dans un livre auquel l’ancien pape Benoît XVI contribuait : certains médias faisaient aussitôt du cardinal Sarah un opposant du pape François. 

A titre d’exemple, le correspondant romain du journal La Croix écrivait, le 18 avril 2019, que « le cardinal Sarah ouvre trop facilement la porte à toutes les récupérations, notamment de la part de ceux qui se sont placés en opposition au pape et trouvent en lui – à son corps défendant ? – un héraut bien commode ». 

Le porporato s’est néanmoins toujours défendu d’être « l’ennemi du pape », comme le présentent souvent les médias. A l’automne 2019, lorsqu’était sorti en Italie son livre Le soir approche et déjà le jour baisse, il avait accordé un entretien au Corriere della Sera, dans lequel il déplorait qu’on l’opposât au pape François. 

Déjouant les pronostics des vaticanistes autoproclamés, et alors qu’il atteignait ses soixante-quinze ans le 15 juin 2020 - l’âge canonique au-delà duquel on n’exerce plus normalement d’office dans l’Eglise - le cardinal Sarah a reçu le jour même un courrier officiel signé de la main du souverain pontife, confirmant son maintien à la tête de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. 

Le cardinal Sarah, selon les termes de la lettre, est reconduit « donec aliter provideatur », « jusqu’à ce que le pape en dispose autrement ». Une formule traditionnelle qui sonne en forme de clin d’œil, quand on connaît l’agilité du pontife romain à opérer un retournement lorsqu’il le juge opportun.