Le Saint-Siège ne s'oppose pas à l'exhumation des restes de Franco

07 Novembre, 2018
Provenance: fsspx.news

Selon un communiqué du gouvernement espagnol publié le 29 octobre 2018, « le cardinal Parolin a garanti au vice-président du gouvernement espagnol qu'il ne s'opposerait pas à l'exhumation des restes de Francisco Franco dans la Valle de los Caidos ». 

La vice-présidente du gouvernement Carmen Calvo, s’est entretenue au Vatican avec le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, dans la matinée du 29 octobre 2018. Il s’agissait de la première réunion entre des représentants de l’Etat espagnol et du Vatican, après l’arrivée du socialiste Pedro Sánchez au pouvoir, en juin dernier.  

Après la question des abus sur mineurs, du régime fiscal de l'Eglise en Espagne et du processus de révision des biens enregistrés par l’Eglise, le cas de la destination future des cendres du général Franco a été abordée. 

D’après le communiqué du gouvernement espagnol, le cardinal Parolin aurait garanti que le Saint-Siège ne s'opposerait pas à l’exhumation des restes mortels du Caudillo, qui reposent dans la basilique de la Valle de los Caidos, selon ses volontés.

Pour mémoire, la victoire de Francisco Franco sur les communistes espagnols, après la guerre civile de 1936, a permis de rétablir l’Eglise dans ses droits, et de faire cesser la persécution sanglante dont les chrétiens furent les premières victimes. 

Sous le pouvoir du Caudillo, le Saint-Siège avait signé avec l’Etat espagnol, en 1953, un concordat très avantageux pour l’Eglise. 

Cinq ans plus tard, en 1958, la loi fondamentale du pays proclamait : « la nation espagnole se glorifie de sa crainte de la loi divine selon la seule vraie doctrine de la sainte Eglise catholique, apostolique et romaine et de la foi inséparable de la conscience nationale, qui vont inspirer sa législation ». 

Soixante années ont passé, et les héritiers des communistes, revenus au pouvoir, ont gardé la même haine de l'Espagne catholique et de son histoire. Le diable portant pierre, peut-être que cette action basse permettra au général Franco d'être finalement enterré dans la cathédrale de Madrid, près des siens.