Le sol du Saint-Sépulcre va livrer ses mystères

25 Février, 2020
Provenance: fsspx.news

La cartographie du sol de la basilique du Saint-Sépulcre a commencé au début du mois de février 2020. Les travaux sont conjointement menés par la Fondation Venaria Reale basée à Turin (Italie) et l’Université romaine de la Sapienza. 

L'implication des deux organismes italiens fait partie d’un accord signé entre les trois principales communautés chrétiennes de Terre Sainte, gardiennes de la Basilique et responsables du statu quo au Saint-Sépulcre. 

Sur la base de cette entente, la Custodie de Terre Sainte a signé en octobre dernier un accord de collaboration avec la fondation Venaria Reale et le département des Antiquités de l'Université de La Sapienza de Rome. 

Les deux instituts italiens se sont engagés à réaliser une étude historique et archéologique du sol de la basilique du Saint-Sépulcre - dont certaines parties datent de l’époque constantinienne, au IVe siècle - afin de jeter les fondements d’une restauration ultérieure que les outrages des ans ont rendu absolument nécessaire. 

La première étape de ce travail vient de débuter au mois de février 2020 : elle consiste en une cartographie minutieuse du sol, au moyen d’un balayage laser de l'ensemble du pavé de la basilique, qui permettra de retravailler celui-ci pierre par pierre grâce à la technologie numérique. 

Interrogé par Christian Media Center, l'architecte palestinien Osama Hamdam de l'Université al-Qods de Jérusalem, a expliqué comment il faudra ensuite analyser la cartographie réalisée afin d’estimer au mieux « l'état de conservation, ou plutôt le niveau dégradation que chaque pierre et chaque dalle de ce sol a subi ». 

Le travail qui vient de commencer devrait aussi permettre de connaître, selon le chercheur, « le type de matériau ayant servi à la conception du sol de la basilique, ainsi que son origine ».