Moins de prêtres, plus de baptisés : l’Eglise publie ses dernières statistiques

14 Mars, 2019
Provenance: fsspx.news

« L’Eglise, combien de divisions ? », interrogeait ironiquement Staline. La sortie conjointe, le 6 mars 2019, de l’Annuaire pontifical et de l’Annuaire statistique de l’Eglise, permet justement de faire un état des lieux en 2018. 

Sur une population mondiale de 7,408 milliards, les catholiques sont au nombre de 1,313 milliard, soit 17,7%, répartis par continent comme suit : 48,5% en Amérique (Nord et Sud), 21,8% en Europe, 17,8% en Afrique, 11,1% % en Asie et 0,8% en Océanie.  

Sur la période observée, le taux moyen de croissance des catholiques est de 1,1% : seules l’Europe et l’Amérique ont un taux inférieur, respectivement +0,1% et +0,98%. La vitalité du continent africain se renforce, avec le plus fort taux de progression, à 2,5%. 

Le nombre de prêtres a quant à lui légèrement diminué, passant de 414.969 à 414.582 en 2017. Même observation pour le nombre de séminaristes passant de 116.160 en 2016 à 115.328 en 2017, soit une baisse de 0,7%, ce qui se vérifie particulièrement en Europe et en Amérique. 

Ces données brutes permettent de tirer quelques enseignements : 

Si la proportion des catholiques dans le monde reste stable d’année en année selon les statistiques communiquées par le Saint-Siège (17,7% en 2018), elle ne doit pas faire oublier l’ascension de l’islam qui représentait 25% de la population mondiale en 2015, selon les données du Pew Research Center. 

De plus, l’augmentation du nombre de baptisés doit être mis en perspective avec le déclin inexorable d’une Europe, où l’Eglise est de plus en plus victime - quand elle n’est pas acteur - de la sécularisation de la société, alors que se développe une immigration véhiculant un islam en progrès constant. 

Si le catholicisme africain et asiatique résiste, on note un certain tassement en Amérique : la défection des déçus de la période post-conciliaire rejoignant en masse les sectes protestantes n’y est pas pour rien et constitue une donnée préoccupante pour l’Eglise. 

Enfin, la baisse du nombre de prêtres et de vocations dans le monde rend toujours plus actuel l’entretien accordé par le Supérieur Général de la Fraternité Saint-Pie X (FSSPX.Actualités le 12 octobre 2018) : « c’est par le rayonnement du sacerdoce et uniquement par lui que l’on ramènera l’Eglise à la Tradition. Nous devons impérativement raviver cette conviction. »