4e semaine de Carême : Paroles de vie en marge du missel par Dom Marmion

31 Mars, 2022
Provenance: fsspx.news

Sur l’Evangile du Quatrième dimanche de Carême.

Le Christ Jésus manifeste sa divinité dans ses miracles

Dès le début de sa vie publique, le Christ Jésus s’appliquait à lui-même la prophétie d’Isaïe proclamant que « l’Esprit du Seigneur est sur lui. C’est pourquoi il l’a consacré par son onction pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs la délivrance, aux aveugles le retour à la vue, pour publier à tous que le temps de la rédemption est arrivé ». Il est donc, par excellence, l’envoyé, le légat de Dieu, qui prouve, par des miracles, opérés de sa propre autorité, la divinité de sa mission, de sa parole et de sa personne. Aussi entendons-nous la foule, après le prodige de la multiplication des pains, s’écrier en désignant Jésus : « Il est vraiment le prophète, il est vraiment celui qui doit venir (1). »

Rien ne séduit tant notre pauvre cœur que de contempler le Christ Jésus, vrai Dieu aussi bien que vrai homme, traduisant en gestes humains l’éternelle bonté. Quand nous le voyons répandre à profusion, autour de lui, des trésors inépuisables de compassion, d’intarissables richesses de miséricorde, nous pouvons concevoir quelque peu l’infinité de cet océan de la bonté divine où va puiser pour nous la sainte humanité.

Et n’oublions jamais que, même alors, quand il s’incline vers nous, le Christ Jésus demeure le propre Fils de Dieu, Dieu même, l’Etre Tout-Puissant, la Sagesse infinie qui, fixant toutes choses dans la vérité, n’exécute rien qui ne soit souverainement parfait.

Cela achève de captiver nos âmes, en nous manifestant les charmes profonds du cœur de notre Christ, de notre Dieu.

Le Christ dans ses mystères, pp. 81-82, 230.

(1) Cf. Evangile de la messe.