Au Myanmar, l’armée birmane profane une église

02 Septembre, 2021
Provenance: fsspx.news
La messe dans une église de Mindat

L’armée birmane a réquisitionné et profané l’église catholique Saint-Jean, dans le village de Chat, appartenant à la municipalité de Mindat, dans l’Etat de Chin situé à l’ouest du Myanmar. Un temple baptiste a également été envahi et occupé.

Des sources ecclésiastiques du diocèse de Hakha, où se trouve Mindat, ont rapporté que les militaires birmans ont occupé les lieux de culte et y ont installé leur quartier général, le 31 août 2021.

Le curé catholique de l’église St John’s, le père John Aung, a été expulsé, et il raconte avec indignation cette grave violation : « C’est exécrable. Les militaires ont réquisitionné l’église pour leur usage. Ils ont ouvert le tabernacle, pris les hosties consacrées et les ont jetées à terre, les piétinant et les pillant.

« Ils ont détruit toutes les armoires fermées à clé. Nous condamnons l’agression et la violence gratuite et la profanation de notre église, avec la violation flagrante de la liberté de culte. »

Le village de Chat réunit 68 maisons, dont 42 appartiennent à des familles catholiques. La paroisse recouvre 20 villages de la région. Lorsque les militaires sont arrivés et ont affronté certains militants des forces de résistance locales, le curé s’est enfui dans la forêt avec les villageois.

Un prêtre local, le père David Hmun, a déclaré : « Nous sommes choqués. C’est vraiment impensable. Les militaires du Myanmar ne sont plus une armée populaire, mais un groupe terroriste militant, qui exerce des violences sur la population, sur des civils innocents. »

Shane Aung Maung, l’un des chrétiens baptistes, a expliqué : « Les soldats ont détruit nos bibles, le mobilier de l’église, les générateurs électriques. Ils boivent de l’alcool à l’intérieur du bâtiment. Ils abattent le bétail et font cuire la viande dans l’église. »

« Le Tatmadaw [nom de l’armée du Myanmar] déstabilise le pays, frappe les personnes et les biens des églises chrétiennes, tue des civils non armés et pacifiques et brûle des villages et des maisons. Nous sommes vraiment bouleversés », a-t-il ajouté.

L’occupation de l’église par l’armée est intervenue alors que les combats entre l’armée et les groupes de résistance civile – Chinland Defence Force (CDF) – s’intensifiaient dans l’Etat de Chin, une région majoritairement chrétienne.

L’Institute of Chin Affairs, une organisation à but non lucratif créée par des dirigeants de l’ethnie chin, actuellement basée en Inde, a condamné les actes de violence perpétrés par les troupes pendant l’occupation des églises.

« L’occupation de l’église et la dévastation de ses biens constituent une violation de la Convention de Genève. Nous demandons la fin immédiate des actes contraires au droit humanitaire international et aux droits de l’homme », a déclaré l’Institut dans une déclaration envoyée à Fides.

L’Institut condamne le meurtre de centaines de civils chinonais au cours des derniers mois et souligne qu’à la suite du coup d’Etat militaire du 1er février, « le pays glisse dans une guerre fratricide qui mène à la ruine ».