Au Vatican, on ne baisse pas les masques

27 Avril, 2022
Provenance: fsspx.news

Masques ffp2 dans toutes les endroits clos, « pass vert de base » pour les pèlerins, « pass vert renforcé » pour tout le personnel : le décret signé par le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, et publié dans l’Osservatore Romano, prolonge jusqu’à la fin du mois d’avril les mesures drastiques mises en vigueur par le Vatican, au moment même où le reste de la Péninsule allège son dispositif anti-covid.

Si la souplesse dans la discipline ecclésiastique semble être devenue de règle sous l’actuel pontificat, il n’en va pas de même dans le domaine sanitaire, quand on regarde le dispositif mis en place en octobre 2021, afin de lutter contre l’extension du SARS-CoV-2 au sein du plus petit Etat du monde.

Un cardinal américain, connu pour son opposition au réformisme actuel, l’a d’ailleurs appris à ses dépends, se voyant, il y a quelques jours, interdire l’accès à l’un des bâtiments curiaux, au prétexte que son pass vaccinal n’était plus à jour depuis mars dernier…

Est-ce la raison pour laquelle l’Osservatore Romano a décidé de rendre publique le 20 avril dernier la circulaire à usage interne du cardinal Parolin, prolongeant jusqu’au 30 avril suivant – au moins – les mesures sanitaires drastiques prises dans l’Etat de la Cité du Vatican ?

Quoi qu’il en soit, « considérant que la persistance de la pandémie nécessite des mesures extraordinaires et exceptionnelles spécifiques », l’obligation de porter un masque ffp2, et d’être muni du pass sanitaire renforcé – le « super green pass » italien, qui implique un schéma vaccinal complet – est confirmée pour « tous les personnels des dicastères, organes et bureaux de la Curie et des institutions liées au Saint-Siège », ainsi qu’à tous ceux qui participeraient à un séminaire ou une réunion dans l’enceinte léonine.

Le traitement est moins rude pour les visiteurs des Musées et les pèlerins qui demeurent tenus – outre le fait de porter le masque – à présenter au moins le « pass vert de base », qui atteste du résultat négatif d’un test agréé ou d’un certificat de rétablissement de Covid-19.

Est également maintenue la mesure qui avait fait couler beaucoup d’encre il y a plusieurs mois : celle qui prévoit la suspension de toute rémunération pour les membres du personnel qui ne voudraient pas se soumettre à l’obligation vaccinale.

On se rappelle qu’à la fin de l’année dernière, plusieurs gardes suisses avaient été contraints de démissionner : l’un d’entre eux avait d’ailleurs confié à la presse helvète avoir été « très déçu voire choqué par cette fin brutale » qui est venue « d’en haut ».

Un « en haut » assez stratosphérique, puisque le pape François, après avoir reçu les gardes suisses congédiés, a déploré oralement, selon les termes rapportés par la presse, « les pressions qu’il subissait » lui-même dans ce domaine…