Aucun miracle n’aurait jamais eu lieu à Medjugorje

31 Décembre, 2021
Provenance: fsspx.news
Medjugorje

Quarante ans après les premières prétendues apparitions de la Vierge Marie à Medjugorje un journaliste italien publie un rapport du Vatican, concluant qu’aucun miracle certifié n’aurait jamais eu lieu dans le célèbre sanctuaire de Bosnie-Herzégovine.

Oltretevere, ce n’est pas avec un feu d’artifice mais avec une bombe à retardement que l’on vient de passer le seuil de la nouvelle année : et pour cause.

Les rapports secrets de la Commission pontificale présidée par le cardinal Camillo Ruini, constituée afin d’enquêter sur les prétendues apparitions de Medjugorje viennent d’être divulgués dans le dernier livre de Davide Murgia, qui vient de paraître aux éditions Rubettino, Processo a Medjugorje – « Procès à Medjugorje », ouvrage non traduit à ce jour.

Et la conclusion tombe tel un couperet de guillotine : « aucune guérison miraculeuse certifiée n’a eu lieu à Medjugorje… »

Pour en arriver là, Davide Murgia – journaliste à la Rai, qui anime plusieurs émissions religieuses sur TV2000, média piloté par la Conférence des évêques d’Italie (CEI) – a épluché les procès-verbaux et autres enregistrements de la Commission créée en mars 2010 par le pape Benoît XVI.

Cette Commission porte le nom de son président, le cardinal Camillo Ruini, vicaire pour le diocèse de Rome entre 1991 et 2008. Ce dernier avait reçu pour mission de statuer sur le caractère surnaturel ou non des apparitions et proposer des solutions pastorales.

La Commission a accueilli en son sein les cardinaux Jozef Tomko, Vinko Puljc, Josip Bozanic, Julian Herranz et Angelo Amato, ainsi que neuf « experts » : quatre théologiens, un mariologue, un canoniste, un rapporteur de la Congrégation pour les causes des saints, un psychologue et un représentant de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Les conclusions de la Commission Ruini n’avaient jamais été publiées à ce jour, et on ne connaissait que ce que le pape François en avait dit en 2017, lors de son retour du Portugal : « les premières apparitions, qui étaient celles des enfants, l’enquête dit, plus ou moins, qu’il faut continuer à enquêter là-dessus.

« Mais pour les présumées apparitions actuelles, l’enquête a des doutes. (…) Je préfère la Madone mère, notre mère, et non la Madone chef de service, avec des graphiques et qui envoie des messages tous les jours », avait commenté, avec une certaine gêne, le Saint-Père.

Un dossier vide… de surnaturel

« Les documents que je publie peuvent, à mon avis, être très utiles pour se former son propre jugement », explique l’auteur.

En effet, il ressort des rapports de la Commission que, sur les 487 cas de « guérison » signalés à Medjugorje, seuls dix ont été jugés dignes d’être examinés par les experts médicaux de la Congrégation pour la cause des saints, qui a conclu qu’aucun ne pouvait être considéré comme scientifiquement inexplicable…

L’auteur rapporte également les confidences que certains membres de la Commission Ruini lui ont faites : « imaginez le scandale sans précédent qui surgirait dans l’Eglise si le phénomène de Medjugorje s’avérait faux, artificiel, infondé. Il aurait trompé une multitude de personnes », confie l’un d’eux, sous couvert d’anonymat.

Reste à attendre – si elle a lieu – la réaction romaine à l’ouvrage de Davide Murgia. Et, si les documents publiés s’avèrent authentiques, qui a eu intérêt, derrière les murs léonins, à divulguer des informations aussi sensibles à la presse…