“Bambino Gesu” : le salut qui vient des airs

13 Septembre, 2021
Provenance: fsspx.news

Depuis la mise à disposition de l’héliport du Vatican par le Saint-Siège, il y a cinq ans, les services pédiatriques du Bambino Gesu ont réalisé 500 opérations de sauvetage par hélicoptère, sauvant de nombreuses vies. Les tentatives de suicide constituent une bonne part de ces interventions réalisées en direction des jeunes.

En juillet 2015, le pape François autorisait les services d’urgence pédiatrique du Bambino Gesu, à utiliser l’héliport du Vatican, de jour comme de nuit, dans le but d'accélérer le passage et le transport des enfants et des jeunes gens se trouvant dans des conditions où le pronostic vital se trouverait engagé.

Situé sur le Janicule, le Bambino Gesu est le plus important établissement de soins pédiatriques d’Europe. Fondé en 1869 grâce à la générosité de la famille Salviati, légué au Saint-Siège en 1924, l’hôpital a pris au fil des années une dimension internationale.

Il rassemblait en 2019 quelque 3.300 professionnels de la santé, et avait à son actif 1,9 million d’interventions rien que pour l’année 2018.

Même si l’on peut mettre un bémol en ce qui concerne la pratique des greffes cardiaques dans cet établissement, dont le caractère éthique n’est pas fondé – le pape Jean-Paul II était resté dans le doute à ce sujet, et le cardinal Ratzinger, futur pape Benoît XVI était encore plus réservé – il reste que cet hôpital réalise un travail remarquable à plus d’un titre.

Avec la mise à disposition de l’héliport pontifical, la technique de sauvetage par hélicoptère a pu s’affiner : en 2021, il ne faut plus que six à sept minutes pour réaliser la prise en charge effective d’un jeune patient.

Depuis la première intervention – réalisée le 29 décembre 2015 – au 30 juin 2021, 491 opérations de sauvetage ont été effectuées par hélicoptère. Une activité qui se concentre principalement sur les mois d'été, et qui en 2021 ne cesse de croître : en effet, 65 sauvetages en hélicoptère ont déjà été enregistrés depuis janvier.

Plus inquiétant, les blessures les plus fréquentes sont les traumatismes crâniens sévères, suivis des contusions et des lésions des organes internes, de la colonne vertébrale et du bassin après des tentatives de suicide par précipitation qui se multiplient : autant de signes d’une jeunesse désemparée et déboussolée, qui, si elle a besoin du Bambino Gesu pour réparer les corps, réclame l’aide de l’Eglise pour soigner les âmes.