Cardinal Zen : la messe traditionnelle en latin doit être maintenue

11 Août, 2021
Provenance: FSSPX Spirituality

Le cardinal Joseph Zen a déclaré lundi 9 août 2021 qu’il pense que Traditionis custodes pourrait ne pas avoir un effet désastreux sur la célébration de la messe latine traditionnelle, même s’il doute des intentions de certains de ceux qui l’attaquent et qui sont étroitement liés au pape François.

L’ancien évêque de Hong-Kong intervenait dans le cadre d’une table ronde diffusée en direct sur internet, à laquelle participaient également l’évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, Mgr Athanasius Schneider, ainsi que les laïcs John Rao, Felipe Alanis, James Bogle et Robert Moynihan.

La réunion en ligne était animée par Aurelio Porfiri, compositeur de musique et fondateur d’Altare Dei, un magazine catholique sur la liturgie et la musique sacrée.

« Je pense que l’effet du motu proprio pourrait ne pas être si dévastateur », a déclaré le cardinal, au cours de la discussion portant sur « l’avenir de la messe latine traditionnelle ».

Le cardinal Zen a dit sa satisfaction quant au fait que l’évêque de Hong-Kong n’ait pas voulu apporter de changements concernant la célébration de la messe en latin dans son diocèse.

Il a cependant ajouté qu’il était inquiet : certaines personnes espèrent que le motu proprio ne servira pas seulement à réglementer cette forme de la messe, mais qu’il sera « un processus pour la faire disparaître ».

« C’est très inquiétant, a-t-il déclaré, car je pense que [la messe traditionnelle] est quelque chose de très précieux et de très bénéfique pour la piété et la nourriture de la foi. »

Qui est derrière le motu proprio ?

Celui qui rappelle inlassablement les mauvaises intentions des communistes chinois contre le catholicisme, a également déclaré qu’il soupçonnait que les idées qui sont en arrière-fond de Traditionis custodes, n’ont peut-être pas été émises par le pape François, mais par « les personnes qui l’entourent, en particulier [à] la Secrétairerie d’État », autrement dit, le cardinal Parolin…

« Peut-être que si quelqu’un a plus d’informations sur l’origine de toute cette tempête, cela pourrait nous épargner trop de discussions sur quelque chose qui, je pense, devrait être évident : que [la messe traditionnelle] est très propice à la piété et même au renforcement de la foi », a-t-il ajouté.

Au cours de la discussion, le cardinal chinois a aussi parlé de son éducation et de ses souvenirs qui sont imprégnés par la messe tridentine.

Lorsque son père, converti au catholicisme, avait voulu devenir prêtre, les missionnaires l’en avaient dissuadé. Selon le cardinal Zen, ils ont dit à son père de se marier et plus tard « d’envoyer son garçon pour devenir prêtre ». La suite est assez touchante.

« Mon père s’est donc marié et il a eu cinq filles avant moi. J’étais le sixième de la famille et le premier garçon », a déclaré le cardinal.

Il a continué en expliquant que son père l’emmenait à la messe tous les jours sauf le dimanche, où il l’emmenait à cinq messes dans cinq églises différentes !

« C’était merveilleux, se souvient-il, et en aucun cas fastidieux. C’était très beau. Et c’est là l’origine de ma vocation sacerdotale". La dernière messe dominicale était une grande messe très fréquentée ; la musique était belle et captait son attention.

Il a encore dit qu’il aimait la messe de Requiem, et qu’il pouvait chanter par cœur la séquence du Dies Irae « du premier au dernier mot. J’aimerais qu’elle soit chantée pour mes funérailles ; si personne n’en est aujourd’hui capable, je vais l’enregistrer » pour cette occasion.