Cérémonies au Séminaire du Sacré-Cœur de Zaitzkofen

04 Février, 2021
Provenance: fsspx.news

Les 2 et 3 février 2021, les cérémonies annuelles au séminaire de langue allemande de la Fraternité Saint-Pie X ont pu se tenir, avec quelques restrictions dans la participation des fidèles, selon les normes sanitaires.

Ces deux jours ont concentré quatre cérémonies différentes, qui concernent les séminaristes de la première à la quatrième année – sur six au total. C’est à Mgr Tissier de Mallerais, évêque auxiliaire de la Fraternité, qui a officié pendant ces deux journées.

Le deux février, le pontife a tout d’abord revêtu de la livrée ecclésiastique 9 séminaristes de première année : 4 Allemands, 1 Biélorusse, 1 Hongrois, 1 Libanais, 1 Polonais et 1 Suisse. Il a ensuite conféré la tonsure cléricale à sept séminaristes de deuxième année : 2 Allemands, 1 Autrichien, 1 Polonais et 3 Suisses.

La tonsure ne fait pas partie du sacrement de l’Ordre à proprement parler, mais elle est obligatoire pour recevoir les divers Ordres. Elle est en fait un sacramental – une cérémonie ecclésiastique qui confère une grâce, comme les bénédictions – qui se réalise en retranchant quelques mèches de la chevelure, pour signifier le renoncement au monde.

Le trois février, Mgr Tissier de Mallerais a conféré les premiers Ordres mineurs – de portier et de lecteur – à quatre séminaristes de troisième année : 1 Allemand, 1 Autrichien, 1 Lithuanien et 1 Suisse. Ainsi que les seconds Ordres mineurs – d’exorciste et d’acolyte – à quatre séminaristes de quatrième année : 1 Polonais, 1 Russe, 1 Suisse et 1 Tchèque.

Il est encourageant de constater le nombre de nationalités représentées : 10 pour 24 séminaristes, qui montrent l’attirance universelle qu’exerce la formation traditionnelle.

Dans son homélie, le pontife a souligné que les ordres conférés, même si cela reste relatif, confèrent un réel pouvoir sur le Corps mystique du Christ. Et combien il est aberrant de les avoir suspendu après le concile Vatican II, pour les remplacer par des “ministères”, qui peuvent désormais être confiés à des femmes, selon un décret très récent du pape François.

Prions pour la persévérance de tous ces jeunes lévites, afin qu’ils puissent un jour devenir prêtres et apporter leur force à l’Eglise de demain, où beaucoup de choses seront à reconstruire, œuvre pour laquelle ils ne seront pas de trop.