Chili : l’avortement n’est plus illégal

21 Septembre, 2017
Provenance: fsspx.news
Michelle Bachelet.

Le Tribunal constitutionnel du Chili a validé, le 21 août 2017, la loi de dépénalisation de « l’avortement thérapeutique », déjà approuvée par le Parlement, le 3 août dernier. 

L’institution judiciaire a rejeté les recours déposés par l’opposition de droite par six votes contre quatre, au sujet des trois causes d’interruption de grossesse. Selon Radio Vatican, l’avortement sera désormais légal au Chili dans trois cas : le risque pour la vie de la mère, les défauts congénitaux et mortels du fœtus, et les cas de viol.

Dans sa dernière déclaration, datée du 21 juillet, le Comité permanent de la Conférence épiscopale chilienne affirmait que cette nouvelle loi mène à une « injuste discrimination envers les êtres humains sans défense, dont l’Etat est appelé à garantir et protéger la vie ».

Jusqu’à ce 21 août 2017, le Chili demeurait l’un des 18 pays au monde où l’avortement était illégal dans tous les cas de figure. L’interdiction n’avait été décidée que vers la fin du régime du général Augusto Pinochet, en 1989; et Michelle Bachelet, l’actuelle présidente socialiste du pays, avait présenté un projet de loi visant à assouplir l’interdiction, peu après sa seconde investiture, en 2014.

Ainsi que le souligne lefigaro.fr le 22 août dernier, cette dépénalisation, soutenue selon des sondages par 70% de la population, « marque un changement majeur de la société au Chili », l’un des derniers pays développés à avoir reconnu le divorce en 2004. « Le prochain chantier de la présidente socialiste ? Légaliser le mariage homosexuel ».