Chrétiens d’Orient : un timide retour s’amorce en Irak et en Syrie

19 Novembre, 2020
Provenance: fsspx.news
Monseigneur Michaeel Najeeb

La bonne nouvelle mérite d’être mentionnée : timidement, de nombreuses familles chrétiennes qui avaient fui lors de l’occupation de Mossoul, tombée en 2014 aux mains de l’organisation Etat islamique (EI), commencent à revenir dans la plaine de Ninive.

C’est ce qu’a indiqué à Fides Najim al Jubouri, gouverneur de la province de Ninive, le 11 novembre 2020. Selon lui, deux cents familles doivent regagner enfin leurs maisons dans les semaines ou les mois qui viennent.

Un premier contingent de quatre-vingt-dix familles doit revenir dans les quartiers chrétiens situés à l’est de la vieille ville de Mossoul, dès que les services municipaux essentiels auront été restaurés, et que les conditions de sécurité seront totalement assurées.

Les chrétiens qui avaient fui la plaine de Ninive devant l’avancée inexorable des troupes de l’EI, en 2014, avaient pour la plus grande partie trouvé refuge dans la région autonome du Kurdistan irakien, en particulier dans les faubourgs d’Erbil, la capitale.

Déjà, en 2017, quelques semaines après la libération définitive de Mossoul, mille quatre cents familles environ, avaient décidé de réintégrer leur domicile, nonobstant l’extrême précarité des conditions sur place, à l’époque.

Si l’annonce du retour progressif des chrétiens dans la plaine de Ninive – l’un des berceaux du christianisme – constitue un signe encourageant, ce mouvement est très loin de contrebalancer l’exode massif des familles qui n’ont pas l’intention, elles, de revenir.

Ce retour est dû en particulier au nouvel évêque de Mossoul, Mgr Michaeel Najeeb. Religieux dominicain, il a réussi à soustraire environ 800 manuscrits anciens lors de sa fuite à Erbil. Il y a été un soutien précieux pour les chrétiens réfugiés.

Il continue par ailleurs un travail commencé voici 25 ans : numériser les manuscrits. Ceux-ci, écrits en araméen, arabe, arménien ou syriaque, contiennent des trésors spirituels.

Nommé évêque de Mossoul le 22 décembre 2018, il se met alors à parcourir l’Europe pour obtenir du soutien et de l’aide pour les chrétiens d’Orient, et pour aider les familles exilées à regagner Mossoul. Son activité porte ses fruits aujourd’hui.

Enfin, dans la Syrie voisine, une conférence a été organisée les 11 et 12 novembre dernier à Damas, avec le soutien de la Russie, afin d’encourager le retour des réfugiés syriens – chrétiens ou non – dans un pays où le « foyer du terrorisme international est pratiquement détruit », selon le président Vladimir Poutine.