L’exil de Jésus et Marie en Egypte

02 Janvier, 2021
Provenance: fsspx.news

Dans les Saintes Ecritures, l’Égypte signifie l’esclavage du péché, la puissance du monde païen, la domination du démon, et le libertinage de la chair, en somme, tout ce qui est contraire au seul vrai Dieu.

Pourtant, selon les desseins éternels de la Providence, le Fils de Dieu devait s’y rendre et en être rappelé, Marie étant l’instrument de son obéissance.

La Vierge savait très bien que l’Égypte avait persécuté les enfants d’Israël pendant 400 ans, et que plus tard, devenue alliée avec les autres ennemis du peuple hébreux, elle contribua à corrompre leurs mœurs et à les détourner du vrai Dieu.

Pourtant, alors qu’elle portait Jésus dans ses bras, Marie réfléchissait à la façon dont l’Égypte allait recevoir la miséricorde de Dieu. Dieu qui nous demande d’aimer notre ennemi, a demandé à Marie de l’aider à nous en donner l’exemple.

Au lieu de rejeter l’Egypte, Dieu s’approche d’elle. De cette manière le Christ voulait recevoir sa protection, être nourri de ses grains et abrité dans ses cabanes. Plus tard, il la remerciera de ses services en lui envoyant son évangéliste saint Marc.

Cependant, l’Égypte n’avait que peu de sympathie et aucun réconfort à offrir pour les Juifs. Le séjour de la Sainte Famille y était très rude : le dénuement total, l’impossibilité de trouver un bon travail pour Joseph, le paganisme ambiant et l’absence des précieuses cérémonies de la religion, rendaient la vie presque insupportable.

Pour le regard superficiel, il semblerait que la vie du Christ en Égypte n’ait servi à rien. Mais Marie savait que la réalité était toute autre.

En Égypte, le Christ a donné à l’humanité l’exemple, non seulement de l’amour de l’ennemi, mais avant tout l’exemple du mérite. En vivant volontairement en exil parmi ses ennemis et en leur faisant du bien, le Christ a mérité une récompense due en justice, à ses actes d’un prix infini.

Par ses mérites, le Christ a payé pour les péchés de l’Égypte et du monde entier. Par son acceptation volontaire des épreuves de l’Egypte pour son Fils, la Vierge Marie aussi a mérité, en coopération avec le Christ.

En vérité, le salut de tout homme repose entièrement sur les mérites du Christ mais il exige aussi les nôtres. Si un homme ne mérite pas en obéissant volontairement à la loi de Dieu par amour pour Dieu, il ne peut en aucun cas être sauvé.

La vie du Christ en Égypte nous enseigne qu’avant tout, c’est le mérite qui compte. Et le fondement du mérite c’est la Foi. Nous devons vraiment croire en Notre Seigneur Jésus-Christ, que par sa divinité il est présent en tous lieux, soutenant toutes choses par sa puissance.

En gardant cela à l’esprit, nous réalisons que rien n’arrive qu’il ne le veuille ou ne le permette. De cette manière nous pouvons avec sa grâce, supporter et gagner des mérites dans nos épreuves. Pour cela, nous avons besoin de la dévotion à Marie, celle qui a le mieux compris la sagesse de son Fils, même dans les moments les plus sombres de sa vie.

Tournons-nous vers Elle afin de nous préparer aux tribulations à venir, en réalisant qu’elles seront des moyens de gagner de grands mérites pour le royaume des Cieux.