France : un nouveau livre sur l’action de la franc-maçonnerie

25 Mai, 2023
Provenance: fsspx.news

Le 20 mai 2023, un maçon repenti a fait paraître un livre sur la franc-maçonnerie et la politique. L’auteur, Serge Abad-Gallardo n’est en pas à son coup d’essai. Revenu à la foi catholique en 2012, il témoigne de sa connaissance du monde de la franc-maçonnerie.

M. Abad-Gallardo est un ancien haut fonctionnaire territorial qui a passé plus de vingt ans au sein des loges maçonniques du Droit humain, une obédience mixte et internationale. Il a occupé la plupart des postes d’officier de loge y compris celui de Vénérable Maître. Ce nouveau livre montre et démontre comment la manière dont la franc-maçonnerie exerce un pouvoir secret et occulte pour transformer la société.

Dès les première pages M. Abad-Gallardo affirme que « depuis sa création, la franc-maçonnerie fut dirigée contre le Trône et l’Eglise » (p. 27). Il décrit ensuite son action aux Etats-Unis qui fut comme « une sorte de laboratoire au sein duquel elle put mettre en œuvre son idéologie, avant de la diffuser en Europe ».

Il affirme, à la suite d’historiens comme Maurice Talmeyr, que la franc-maçonnerie est à l’origine de la Révolution. Et, comme l’écrivent deux auteurs francs-maçons qu’il cite, Emmanuel Pierrat et Laurent Kupferman : « la Révolution se caractérise davantage comme un mouvement de déchristianisation ».

Cette lutte contre l’Eglise, malgré ce que prétendent certains maçons, est toujours d’actualité : « on pourrait considérer que le déclin de l’Eglise, auquel nous assistons aujourd’hui, résulte en grande partie de la guerre impitoyable que lui a menée la franc-maçonnerie, notamment en France, depuis la Révolution de 1789 » (p. 44).

Les maçons dans les différents gouvernements

L’auteur s’attache ensuite à décrire l’action et l’influence des maçons sous la IIIe république (ch. 3), puis sous la IVe et la Ve (ch.4), et les divers moyens utilisés pour parvenir à leur but, en particulier dans l’ordre politique.

C’est ainsi qu’il affirme, et qu’il montre, que « la plupart des lois sociétales votées depuis la Révolution, en particulier au XIXe et au XXe siècles, et enfin au XXIe siècle – mariage pour tous, simplification des procédures de divorce, allongement des délais pour l’avortement, et bientôt euthanasie – ont été élaborés dans les loges.

Cela est rendu possible par la manière dont les maçons s’immiscent en politique : « politique et franc-maçonnerie s’imbriquent étroitement l’une dans l’autre, aujourd’hui encore et jusqu’au plus haut niveau » (p. 84). Cela prend plusieurs formes.

Celles-ci se fondent sur deux aspects : l’ésotérisme et le secret. Et le fondement est « ce que l’on appelle les “questions annuelles à l’étude des loges” ». Le contenu de cette élaboration est transmis au plus niveau de l’Etat et du gouvernement. Mais ce n’est pas tout. « Parallèlement aux loges, il existe des groupes encore plus secrets : les Fraternelles » (p. 159).

Le troisième aspect est donc l’action de la “Fraternelle parlementaire”. Une “fraternelle” est un groupe de francs-maçons de diverses obédiences, réunis par leurs activités professionnelles ou politique : il existe des fraternelles des magistrats, des architectes, des avocats, des hauts fonctionnaires, etc. Les fraternelles se réunissent dans des lieux secrets.

La Fraternelle parlementaire réunit environ 40% des parlementaires – députés ou sénateurs. Cette Fraternelle est plus qu’un Etat dans l’Etat. Comme l’explique un de ses anciens présidents, Bernard Saugey : « la Fraternelle parlementaire n’est pas en lien avec la franc-maçonnerie, c’est la franc-maçonnerie » (p. 159). Elle intervient donc secrètement dans le vote des lois.

Un livre qui éclaire sur le véritable fonctionnement de la « démocratie » en France.

Serge Abad-Gallardo, Franc-maçonnerie et politique, les liaisons dangereuses, Artège, 240 p., 18, 90 €