France : vol d’une relique du Précieux-Sang à Fécamp

16 Juin, 2022
Provenance: fsspx.news
Le reliquaire contenant les deux ampoules de plomb

Le reliquaire renfermant deux ampoules de plomb, contenant elles-mêmes quelques gouttes du Précieux-Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ, a été dérobé à l’abbatiale de la Sainte-Trinité de Fécamp, dans la nuit du 1er au 2 juin 2022, ainsi que d’autres objets précieux.

Le vol est survenu deux semaines avant la messe de célébration annuelle du Précieux-Sang, jour où la relique est présentée aux fidèles. La messe sera maintenue le 14 juin, mais elle sera précédée d’une « réparation », au sens liturgique du terme, car ce vol est une profanation.

La relique est vénérée depuis 1000 ans à l’abbatiale de Fécamp surnommée « la porte du ciel ». Elle est à l’origine de la fondation de l’abbaye bénédictine de la Sainte-Trinité. Le pèlerinage et la procession du Précieux-Sang font partie de l’histoire de la ville de Fécamp.

Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, diocèse auquel appartient la ville de Fécamp, a manifesté sa peine profonde : « Au-delà de la valeur marchande du reliquaire, il y a l’attachement de toute une population et de générations de croyants qui ont célébré le Précieux-Sang. C’est porter atteinte à la foi des chrétiens et de la communauté des habitants de Fécamp. »

Le reliquaire, un coffret en cuivre du XIXe siècle, abritait les deux ampoules de plomb contenant les gouttes du Précieux-Sang, recueillies à la Croix. Traditionnellement conservé dans un tabernacle en marbre, sculpté au XVIe siècle, et disposé dans une chapelle absidiale de l’église, le coffret était toutefois gardé dans une armoire vitrée et verrouillée de la sacristie au moment du vol.

Trafic de reliques

L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels. Selon les informations du Paris Normandie, le ou les cambrioleurs se seraient laissé enfermer dans l’église, mercredi soir, la porte de la sacristie ayant été forcée depuis l’intérieur. Le vol a été constaté jeudi matin. Aucun système de surveillance n’était aménagé à l’intérieur ou aux abords de l’abbatiale.

Le cambriolage de l’abbaye de Fécamp pourrait servir à alimenter un trafic de reliques, estime un fidèle. Le commerce illicite de reliques se serait accru depuis quelques années, suscitant un rappel à l’ordre du Vatican, en 2017.

Selon la légende, les ampoules du reliquaire seraient arrivées en Normandie par la mer, dans le tronc d’un figuier qui aurait flotté vers Fécamp depuis la Palestine. Mais certains pensent qu’il pourrait s’agir d’un souvenir de la première croisade. Quoiqu’il en soit, le Précieux-Sang fait l’objet d’un pèlerinage depuis le XIIe siècle. Cinq miracles lui sont aujourd’hui attribués.