François voit les “grandes religions” au cœur de l’humanité

07 Novembre, 2022
Provenance: fsspx.news
Le pape François devant le Conseil musulman des anciens du Bahreïn

Le pape François a effectué un voyage au Royaume du Bahreïn, dans le golfe persique, du 3 au 6 novembre 2022, pour assister à un forum de dialogue intitulé : « Orient et Occident pour la coexistence humaine ».

Le pape répondait ainsi à l’invitation des autorités civiles et religieuses, le roi Hamad de Bahreïn et le Conseil musulman des anciens.

François a prononcé un discours devant ce Conseil, à la mosquée du Palais royal Sakhir à Awali, le vendredi 4 novembre 2022. Il a d’abord été salué par le Grand Imam d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb, avec qui il a signé, le 4 février 2019, à Abou Dabi, le Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune.

Dans son intervention lue, le pape a prononcé une parole qui apparaît comme une négation de la Royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ. Voici ce texte : « Face à une humanité de plus en plus blessée et déchirée qui, sous le couvert de la mondialisation, respire avec difficulté et peur, les grandes religions sont appelées à être le cœur qui unit les membres du corps, l’âme qui donne espoir et vie aux aspirations les plus élevées. »

Il est à noter que le texte français, publié par le site du Saint-Siège, est incomplet, mais les autres langues livrent bien le texte rapporté ci-dessus.

Il n’y a qu’un seul Seigneur de l’humanité et un seul Roi qui unit les membres de son corps mystique ; un seul Esprit qui est comme l’âme de ce corps ; et un seul Dieu, Jésus-Christ, qui puisse « donner espoir aux aspirations les plus élevées » : le salut et la vision éternelle de Dieu qui comblera et surpassera les désirs les plus hauts qui puissent se concevoir.

Et tous les hommes sont appelés à faire partie du Corps mystique du Christ par la grâce de Dieu. Aucune autre « religion » ou prétendue telle, ne peut donner un quelconque « espoir » ou « une vie aux aspirations les plus élevées » de l’homme.

Aucune d’entre elles ne peut être un « cœur qui unisse les membres », si ce n’est par une association simplement humaine, totalement incapable d’opérer cette merveilleuse union entre ses membres par la grâce.

Aucune d’entre elles n’a été fondée par Dieu : elles sont le fruit de l’invention humaine, et enseignent des doctrines incompatibles avec la Vérité immuable qui est le Christ, le Verbe éternel de Dieu.

Comment donc ces religions pourraient-elles être « le cœur qui unit les membres du corps » ? La conception qui pointe derrière ces paroles est toujours la même : l’ensemble des religions doivent constituer une sorte de MASDU, ou Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle, selon la très heureuse formule de l’abbé Georges de Nantes.

Tout ceci ne peut aboutir qu’à un indifférentisme profond, à une désaffection des catholiques pour leur religion, dont ils pensent de plus en plus qu’elle ne doit être qu’un décalque de la société civile et politique, saupoudrée d’une pseudo-charité aux relents de naturalisme.

Usquequo Domine ? Jusqu’à quand, Seigneur ?