FSSPX.Actualités vous souhaite une sainte année 2022

01 Janvier, 2022
Provenance: fsspx.news

Nous écrivions l’année dernière qu’il semblait difficile de souhaiter une bonne année pour 2021, tant la situation était pénible et menaçait de se prolonger. Le même constat pourrait être porté aujourd’hui.

Toutefois, pour un catholique, les choses ne se posent jamais seulement en termes de rapports de force, de puissances terrestres ou de pouvoir de l’argent. Car tous ces éléments restent infiniment inférieurs à la puissance de Dieu. Ils sont les moyens que le démon sait manipuler, mais le Christ a vaincu et le démon et le monde.

A Noël, le Sauveur s’est une nouvelle fois incarné pour nous. Il a dit une nouvelle fois : « Me voici ! » Il a une nouvelle fois contemplé le visage de sa Mère, la Vierge Marie, qu’il a comblée de ses dons et dans laquelle il peut découvrir la rédemption à son point de perfection.

Puis il a tourné son regard vers saint Joseph, le patron de l’Eglise universelle, qui protège Marie et l’Enfant depuis la Fuite en Egypte, et qui nous protège avec eux.

Il a aussi regardé les bergers, ces hommes simples qui ont cru au message des anges, et qui sont maintenant réunis, les premiers, autour de l’Enfant divin. Avant les puissants qui seront représentés bientôt par les Mages.

A travers eux, c’est nous que le divin Enfant regarde, et aime de l’amour infini de son Cœur. Chacun d’entre nous reçoit un amour particulier de ce Dieu incarné, un amour qui contient tout le chemin de sanctification qui nous amènera dans ce Royaume qu’Il est venu nous donner en prenant notre nature.

Alors, prions auprès de la crèche, considérons le Verbe divin, Dieu de Dieu, Lumière née de la Lumière, et laissons-nous illuminer de son Intelligence, de son Amour et de sa Force pour toute l’année à venir.

Demandons aussi à la Vierge très pure de préparer notre âme à recevoir ce don ineffable et de nous apprendre à rester auprès de la crèche, auprès de la seule réalité qui puisse compter pour nous, Jésus-Christ, et de nous associer à son triomphe après qu’Il nous aura associé à ses tribulations.