Hongrie : d’un congrès eucharistique à l’autre

26 Juillet, 2021
Provenance: FSSPX Spirituality
Procession sur le Danube durant le Congrès eucharistique de 1938

La Hongrie reçoit un congrès eucharistique 83 ans après celui qui s’est déroulé en 1938, en présence d’un légat du pape, un certain cardinal Eugenio Pacelli, qui était alors secrétaire d’Etat du Saint-Siège.

Ce précédent congrès s’était tenu dans des conditions particulières, alors que l’Europe était à la veille d’un conflit qui deviendrait bientôt mondial. Toutefois, le déroulement fut grandiose.

Le 27 mai, une procession nautique se déroula sur le Danube. Le légat Pacelli entouré de treize cardinaux avait pris place sur un bateau. La foule des fidèles était rassemblée sur les deux rives. A la messe qui suivit, près de 200.000 personnes communièrent.

Les Hongrois ont gardé un souvenir ému du passage du futur pape Pie XII lors de ce Congrès eucharistique. Une stèle bas-relief en garde la trace dans la cathédrale Saint-Etienne.

Beaucoup moins connue est la mosaïque représentant la Sainte Famille dans la chapelle Saint-Jacques – Jaki kapolna – chapelle où Eugenio Pacelli avait célébré la messe. Le visage de saint Joseph présente une ressemblance frappante avec le légat du pape.

Un nouveau congrès eucharistique

Le Congrès eucharistique de septembre 2021, initialement prévu en 2020, se tient également dans une période assez particulière pour la nation magyare.

La liberté retrouvée après les 50 années passées sous le joug communiste et la surveillance étroite de l’URSS, est désormais menacée par un danger venu de l’ouest : l’Union Européenne.

Alors que le pays a plus ou moins pansé ses plaies, après une période post-communiste compliquée, il se trouve face à la dictature du libéralisme qui menace sa souveraineté sous plusieurs fronts – il n’est évidemment pas le seul dans cette situation.

Après les difficultés liées aux migrants, après les accusations répétées contre un pouvoir décrit comme mettant en péril la liberté de ses citoyens, allant jusqu’à menacer l’Etat de droit, le nouveau conflit avec l’UE porte sur la manière dont l’Etat hongrois défend ses enfants de la perversité : la nouvelle loi proscrivant la mise en contact de matériel LGBT avec les enfants de moins de 18 ans.

Le pape François, qui a décidé de se rendre à Budapest pour célébrer la messe de clôture du congrès eucharistique, sur la place des Héros, ne tient visiblement pas à rester trop longtemps sur le territoire hongrois, et a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une visite dans le pays. Il est tout de même prévu qu’il salue le président de la République, János Ader, ainsi que le premier ministre Viktor Orban.

Mais le Pape quittera la Hongrie immédiatement après la messe de clôture pour se rendre en Slovaquie voisine, pour une visite de deux jours.

Il n’est pas sûr que le passage de François sur la terre magyare laisse un souvenir aussi important que celui du futur pape Pie XII.

Mosaïque de la Sainte-Famille, Jaki kapolna, Budapest