Inde : falsification et mensonge au service de la haine antichrétienne

08 Juin, 2021
Provenance: fsspx.news
Sonia Gandhi

Une photo de la présidente du Parti du Congrès, Sonia Gandhi, avec derrière elle un livre intitulé « Comment faire de l’Inde une nation chrétienne », a fait sensation sur les médias sociaux indiens. Elle est utilisée comme arme d’une nouvelle campagne menée par des groupes nationalistes hindous pour attiser la haine contre les chrétiens sur l’internet.

La photo a été diffusée par un tweet – ensuite supprimé – par le compte No Conversion qui compte plus de 200 000 adeptes.

L’image montre également une Bible et une statue du Sacré-Cœur de Jésus bien en vue sur une étagère : elle est accompagnée d’une légende qui dit « Qui lit tous ces livres ? » Un autre commentaire dénonce le Congrès pour « les conversions et le lavage de cerveau croissants des jeunes ».

La source a été facilement retrouvée : il s’agit d’une photo d’une vidéo de Sonia Gandhi diffusée sur sa propre chaîne YouTube par son parti en octobre 2020. Dans la vidéo, cependant, ni le livre incriminé (au titre plutôt improbable), ni la Bible, ni la statue du Sacré-Cœur de Jésus ne se trouvent sur l’étagère derrière elle.

Un spécialiste explique la raison de cette attaque : « Depuis que Sonia Gandhi a pris la tête du parti du Congrès en 1998, elle a été accusée d’être un agent de la CIA ou de la mafia italienne, accusations qui s’étendent désormais à son fils Rahul. Des rumeurs sans aucune preuve qui continuent à circuler pour alimenter la haine contre elle pour le simple fait qu’elle n’est pas née en Inde. »

Une personnalité énigmatique

Sonia Ghandi est en effet d’origine italienne. Elle épouse en 1968 Rajiv Gandhi, fils aîné d’Indira Gandhi. Cette dernière est la fille unique de Jawaharlal Nehru, proche collaborateur du Mahatma Gandhi, qui a été plusieurs fois ministre et premier ministre de l’Inde durant près de dix-sept ans.

Sa fille Indira sera élue deux fois premier ministre de l’Inde, avant de mourir assassinée en 1984. A son décès, Rajiv Gandhi devient premier ministre. Il sera assassiné à son tour en 1991.

Après la mort de son mari, Sonia Gandhi, qui est de confession catholique, entre en politique pour perpétuer la dynastie. En 2004, à la suite de la victoire de son parti, elle aurait dû devenir premier ministre, mais se retire devant l’opposition farouche du Bharatiya Janata Party (BJP).

Elle est considérée comme l’une des femmes les plus puissantes du monde.

Cette personnalité originale est fréquemment ciblée par le BJP qui craint sa grande influence et désigne en elle une ennemie de l’Inde. Le passé familial peut évidemment faire craindre que de telles accusations puissent mener à une mort violente.

Quoi qu’il en soit, cette falsification et ce mensonge permettent de détourner l’attention du bilan effroyable du covid-19 et de l’effondrement du système de santé dans cette deuxième vague de la pandémie, en la réorientant vers une politicienne détestée du BJP, en particulier pour son catholicisme, et vers les chrétiens en général.