Inde : la Vierge profanée

27 Mai, 2017
Provenance: fsspx.news

En Inde, un nouvel acte violent envers la minorité catholique a été perpétré le matin du 20 mai 2017 : une foule en colère, d’une centaine de personnes, a vandalisé l’église consacrée à Notre-Dame de Fatima, dans un village de l’archidiocèse de Hyderabad, dans le sud du pays. Les assaillants ont détruit le crucifix et brisé la statue de la Vierge.

L’église avait été consacrée le 13 mai dernier par l’archevêque, Mgr Thumma Bala, le jour même où l’Eglise universelle célébrait le centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fatima. « Cet acte de profanation, de vandalisme et la destruction des statues blesse profondément les sentiments religieux de la communauté catholique. Nous sommes tous très attristés », a déploré Mgr Bala, cité par l’agence Asianews

Une cérémonie de réparation, conformément à ce que prescrit l’Eglise dans de telles circonstances, aura lieu dans le sanctuaire profané, une fois l’enquête terminée. 

Le président du Global Council of Indian Christians, Sajan K. George, a également fait part de son indignation ; il ne fait aucun doute pour lui que cet énième acte de vandalisme est le fait de groupes nationalistes hindous et anti-chrétiens, qui redoublent de violence depuis la victoire de leur parti politique le BJP — Bharatiya Janata Party —, aux dernières élections générales indiennes.  

La police, quant à elle, préfère minimiser les faits, en prétendant que l’assaut pourrait avoir été motivé par un litige foncier au sujet de la construction d’une église qui aurait heurté la sensibilité des habitants du lieu (sic). Ce n’est pas la première fois que la minorité chrétienne se plaint de la complicité des forces de l’ordre, refusant, selon les cas, d’enregistrer les plaintes pour des actes anti-chrétiens, ou même d’intervenir lorsque des violences se produisent.