Inde : les violences anti-chrétiennes de plus en plus nombreuses

13 Août, 2020
Provenance: fsspx.news

Le dernier rapport de Persecution Relief révèle que les crimes et voies de fait perpétrés à l’encontre de la minorité chrétienne en Inde, ont augmenté de plus de 40% durant les six premiers mois de l’année 2020, nonobstant le confinement mis en place au niveau national entre le 25 mars et le 17 mai.

Shibu Thomas, le fondateur de Persecution Relief, une association qui aide les chrétiens persécutés, a déclaré à Ucanews le 28 juillet que « la persécution contre les chrétiens est devenue très courante » en Inde. A l’appui de ce constat, le rapport annuel qui fait le point sur les violences anti-chrétiennes au pays des maharadjas. 

Au cours des quatre dernières années, 1 774 incidents violents ont été perpétrés, soit une moyenne de 443 par an. Mais au cours du seul premier semestre de l’année 2020, 293 attaques ont été signalées dans 22 des 28 Etats indiens ; le signe d’un regain de violence inquiétant. 

Viols, meurtres, exclusions sociales, menaces, agressions physiques, incendies de maisons et d’églises, etc. La liste des exactions contre les chrétiens est longue et ne s’embarrasse d’aucune mesquinerie, comme celle de les empêcher d’accéder aux sources d'eau courante, censées être communes à tous… 

« La propagation de l'intolérance religieuse contre la négligeable minorité chrétienne - qui ne forme que 2,3% des 1,3 milliard d'habitants de l’Inde - manifeste le poids croissant de l'idéologie hindoue », poursuit Shibu Thomas. Dans la plupart des cas, « les attaquants sont des fondamentalistes qui veulent faire de l'Inde une nation exclusivement hindoue et qui sont opposés aux chrétiens et à leur œuvre missionnaire ». 

Fait aggravant, depuis 2014 et l’arrivée au pouvoir du parti pro-hindou Bharatiya Janata (BJP) à New Delhi et dans plusieurs Etats indiens, les fondamentalistes « obtiennent le soutien tacite de l’administration ». 

Le plus grand nombre d’attaques (21%), a eu lieu dans l'Uttar Pradesh, l'Etat le plus peuplé. Les autres Etats les plus dangereux sont le Jharkhand, l'Odisha et le Chhattisgarh, où la plupart des chrétiens sont issus de milieux dalits et tribaux, socialement défavorisés. Six meurtres ont d’ailleurs été enregistrés dans ces Etats depuis le début de l’année. 

Mais le fondateur de Persecution Relief estime que « les données collectées ne constituent que la partie visible de l’iceberg, et ne dévoilent qu’un tout petit pan de la violence réelle ». En effet, « beaucoup ne déposent pas plainte, craignant les représailles des bourreaux, et des tracas de la part de l’administration. Certaines exactions perpétrées dans les villages de l'intérieur ne sont pas non plus signalées, ceux-ci étant coupés du monde, sans électricité ni téléphone ». 

Selon le rapport publié par Persecution Relief, au cours des sept dernières années, l'Inde est passée de la 31e à la 10e place sur la liste des pays persécuteurs de chrétiens, derrière l’Iran. 

« Soyez le roi, Seigneur, de tous ceux qui sont encore égarés dans les ténèbres de l’idolâtrie ou de l’islamisme, et ne refusez pas de les attirer tous à la lumière de votre royaume. » (Pie XI, acte de consécration du genre humain au Sacré-Cœur, pour la fête du Christ-Roi).