Italie : les fresques de Padoue inscrites au patrimoine mondial

21 Août, 2021
Provenance: fsspx.news
Une partie de la chapelle des Scrovergni décorée par Giotto

Les fresques du XIVe siècle, inscrites le 24 juillet 2021 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, se trouvent dans huit édifices religieux et séculiers situés dans la ville historique fortifiée de Padoue. Réalisées entre 1302 et 1397 par plusieurs artistes pour différents commanditaires, les fresques présentent cependant une unité de style et de contenu.

Pour Mgr Claudio Cipolla, évêque de la cité italienne, la décision constitue une reconnaissance importante, sur le plan artistique et touristique mais aussi sur le plan de la foi.

Elles comprennent le cycle de fresques de Giotto dans la chapelle des Scrovegni, considéré comme ayant marqué le début d’une révolution dans l’histoire de la peinture murale, ainsi que des cycles de fresques de différents artistes : Guariento di Arpo, Giusto de Menabuoi, Altichiero da Zevio, Jacopo Avanzi et Jacopo da Verona.

Cet ensemble illustre comment s’est développé, au cours du XIVe siècle, l’art de la fresque. Inspirés par les progrès de la science optique, Giotto et d’autres artistes ont utilisé ici la perspective spatiale pour la première fois, représentant des figures humaines avec des caractéristiques individuelles et des expressions d’émotion.

Padoue en Vénétie, ville natale de Tite-Live, est située à une quarantaine de kilomètres à l’Ouest de Venise. La Cappella degli Scrovegni – du nom de la famille de banquiers qui fit réaliser les fresques de cette chapelle privée près de leur palais – dite aussi chapelle de l’Arena, est d’une seule nef et fut peinte à fresque par Giotto di Bondone (1267-1337), en 855 jours entre 1302 et 1305.

Y sont représentées cinquante-trois scènes de la vie du Christ, de la Sainte Vierge, de saint Joaquim ainsi qu’un vaste Jugement dernier. La voûte en berceau est toute de bleu parée et parsemée d’étoiles. Sa technique permet à la fresque de se détacher du style byzantin statique et codifié.

Les fresques de la chapelle supérieure de la basilique d’Assise lui sont également attribuées. Le jeune Giotto y aurait commencé sa carrière de peintre, élève de Cimabue, en l’accompagnant sur le chantier de la basilique.